in

En Russie, une nappe de pollution entraîne la mort de milliers d’animaux

Crédits : TASS

Depuis quelques jours, des milliers d’animaux marins meurent échoués sur les rives de la péninsule du Kamtchatka, en Russie. Une nappe de pollution, dont l’origine reste encore mystérieuse, en est la cause.

Que se passe-t-il dans cette région isolée de Russie ? Tout a commencé le mois dernier lorsque des surfeurs ont commencé à signaler des picotements dans les yeux. Depuis, huit personnes ont reçu un diagnostic de brûlure cornéenne au premier degré. Il y a quelques jours, les eaux transparentes de la péninsule ont également commencé à se draper d’écume et semblent dégager une odeur étrange. Enfin, de nombreux témoignages ont rapporté la mort de milliers d’animaux, des poulpes, des étoiles de mer et d’autres créatures marines, la plupart évoluant dans les profondeurs.

Depuis, médias locaux et associations environnementales montent au créneau, spéculant sur l’origine de cette nappe de pollution qui s’étend désormais sur quarante kilomètres de long et de trente à cent mètres de large.

View this post on Instagram

⚡️⚡️⚡️ На Камчатке произошла экологическая катастрофа Инцидент произошёл в районе Халактырского пляжа — главной локации для профессиональных сёрфингистов и туристической точки Камчатки. По свидетельству очевидцев, вода в районе Халактырского пляжа изменила цвет и стала небезопасной для здоровья людей. В течение нескольких недель при контакте с водой люди испытывали негативные последствия. ❗️После проверки проб воды специалисты нашли превышение по нефтепродуктам в четыре раза и в 2,5 по фенолу. Масштаб загрязнения до сих пор не определён, но тот факт, что мёртвых животных находят по всему побережью, подтверждает серьёзность ситуации. Причины загрязнения ещё не установлены. В связи с крупным химическим загрязнением и необходимостью срочного реагирования на проблему, мы обратились в Росприроднадзор, Роспотребнадзор, Минобороны и Генпрокуратуру с требованием немедленного расследования причин загрязнения, оценки масштаба и срочного устранения последствий. Мы анализируем данные космической съемки, находимся на связи с местными активистами, следим за развитием событий и будем держать вас в курсе. На место катастрофы отправляется экспедиция Гринпис. Как можно помочь? Распространяйте информацию о катастрофе, делитесь постами и историями в социальных сетях — при широкой огласке властям будет сложнее игнорировать проблему. Также, можно пожертвовать средства на нашу экспедицию на место катастрофы. Спасибо, что остаетесь неравнодушными к нашей природе. #гринпискризис #камчатка Фото: RFE/RL

A post shared by Greenpeace России 🌏 (@greenpeaceru) on

Ce nouvel épisode malheureux a évidemment fait réagir le président russe Vladimir Poutine qui, en juin dernier, n’avait pas du tout apprécié la déclaration tardive d’une fuite de pétrole en Sibérie qui, à l’époque, avait déversé des milliers de tonnes de diesel dans la rivière Ambarnaïa. Le président a donc rapidement exigé une enquête.

De son côté, le gouverneur de la région, Vladimir Solodov, a juré sur Instagram que celle-ci serait “transparente” et que tout fonctionnaire qui aurait tenté de dissimuler l’ampleur de la catastrophe serait renvoyé.

russie pollution
Un homme prélève des échantillons d’eau dans la baie d’Avacha, au large de la péninsule du Kamtchatka, en Russie. Crédits : Yelena Vereshchaka / Tass

Du carburant de fusée ?

Les premières analyses ont révélé des niveaux d’ion phosphate, de fer et de phénol supérieurs à la normale. Ces matières pourraient provenir de deux sites d’essais militaires particulièrement visés.

L’un d’eux (Radygino) situé à environ 10 km de la mer, abrite notamment d’importantes quantités d’heptyle, un carburant de fusée. D’après Vladimir Burkanov, un biologiste spécialisé dans les phoques, il est possible que ces structures, jugées très vétustes, aient rouillé suffisamment pour que ce carburant s’infiltre dans les cours d’eau. Jeudi, le gouverneur a néanmoins déclaré que les échantillons prélevés pour l’instant étaient “négatifs”.

L’autre site, Kozelsky, est également utilisé pour enterrer des produits chimiques et autres pesticides toxiques. Toutefois, là encore, des analyses menées sur place n’ont révélé aucune fuite depuis cette “décharge”.

Le ministre de l’Écologie, Dmitri Kobylkin, a également suggéré que l’incident n’était peut-être finalement pas d’origine humaine, mais causé par les conditions orageuses et les micro-organismes modifiant les niveaux d’oxygène. À l’heure actuelle, les analyses sont toujours en cours.