in

Royaume-Uni : découverte d’une exceptionnelle nécropole de l’Antiquité tardive

Crédits : Albion Archaeology

Des archéologues britanniques ont mis au jour une nécropole de l’Antiquité tardive se trouvant sous une ancienne résidence étudiante de la prestigieuse Université de Cambridge. Il s’agit d’une nécropole potentiellement active de la fin de l’époque romaine au début de l’époque anglo-saxonne.

Une découverte très prometteuse

Un communiqué du King’s College de Londres publié le 21 janvier 2021 relate la découverte de l’une des plus vastes nécropoles anciennes. Celle-ci a été mise au jour lors de fouilles sur le campus de l’Université de Cambridge, avec la collaboration de l’Albion Archaeology. Il pourrait bien s’agir d’une des découvertes les plus prometteuses de l’archéologie anglo-saxonne depuis le XIXe siècle.

Les fouilles concernaient un site en particulier, à savoir le lieu-dit de Croft Gardens (voir photo ci-après). Or, celui-ci abritait d’anciens logements étudiants datant des années 1930. Depuis le XIXe siècle, les chercheurs y suspectent la présence d’une nécropole ancienne. Toutefois, la découverte étonne par l’importante superficie couverte par cette même nécropole.

croft gardens site archeologique
Crédits : King’s College de Londres

Les archéologues ont mis au jour pas moins d’une soixantaine de tombes, dont l’état de conservation est excellent. Même constat concernant le mobilier funéraire qui représente un total d’environ deux-cents objets. Parmi ces objets, nous retrouvons des colliers de perles, de la poterie, des flacons en verre ou encore des fibules en bronze. Une datation a permis d’affirmer que ces objets datent dans leur grande majorité du Ve ou VIe siècle. Cela correspond au début de l’époque anglo-saxonne. Néanmoins, quelques sépultures et céramiques sont typiques de l’époque romaine, ainsi que de l’âge du Fer.

depouille necropole Cambridge
Crédits : Albion Archaeology

Des recherches à poursuivre

Pour les chercheurs, cette découverte donne une occasion exceptionnelle d’explorer la Grande-Bretagne du tout début du Moyen Âge. Cela peut notamment permettre d’en savoir davantage sur les interactions entre l’île et le continent, ainsi que l’évolution des modes de vie de la région. De plus, de nouvelles données pourraient combler certaines lacunes au niveau des connaissances sur les habitants de l’Est-Anglie de la fin de la période romaine.

Prochainement, de nouvelles études devraient concerner les dépouilles et le matériel funéraire récemment découvert. L’objectif sera d’en savoir davantage sur l’identité et le mode de vie des premiers Anglo-saxons. La mission des archéologies consistera à trouver de potentielles traces de la peste justinienne (541-767) et d’éventuels vestiges de l’occupation romaine du site.