Le prochain rover européen se prépare à chercher la vie sur Mars

exomars europe
Illustration du rover européen de la mission ExoMars 2022. Crédits : ESA

L’exploration martienne s’apprête à franchir une nouvelle étape décisive avant le lancement programmé de Rosalind Franklin, le rover martien de l’Agence Spatiale Européenne (ESA), attendu dès 2028. Portant le nom de la pionnière de la biologie moléculaire, cette mission ambitieuse vise à percer les mystères de la planète rouge en quête de preuves de vie passée. Pour opérer, le véhicule dispose désormais d’une carte détaillée qui lui permettra de s’orienter sur Mars.

Rosalind Franklin, le Perseverance européen

Rosalind Franklin, le rover de l’ESA, est destiné à explorer Oxia Planum, une vaste plaine argileuse située à l’est de Chryse Planitia, sur Mars. Cette région, témoin de la période noachienne de la planète, pourrait détenir des indices cruciaux sur l’existence passée d’eau de surface, un élément clé dans la quête de la vie.

La mission du rover s’inscrit dans la lignée de son homologue américain Perseverance, développé par la NASA. Pour opérer, Rosalind Franklin sera donc équipé lui aussi d’une suite d’instruments scientifiques pour étudier l’environnement martien. Cela comprend des caméras haute résolution, des spectromètres pour analyser la composition chimique, des détecteurs de radiation, et d’autres outils pour caractériser le sol et l’atmosphère. La foreuse de Rosalind Franklin sera cependant plus performante que celle de Perseverance. Elle sera en effet capable de pénétrer jusqu’à deux mètres de profondeur, alors que celle de son homologue est limitée à quelques centimètres seulement.

Dans le détail, la mission du rover consistera à forer dans les sédiments argileux de la région dans le but de récupérer des échantillons qui seront analysés par la suite d’instruments embarquée à bord du rover.

Une nouvelle carte détaillée

Pour maximiser les chances de succès de sa mission, l’ESA a récemment élaboré la carte géologique la plus détaillée jamais réalisée d’Oxia Planum. Fruit de quatre années de travail minutieux, elle servira de guide précieux pour l’exploration du rover. L’équipe du rover Rosalind Franklin dispose en effet désormais d’une vision claire du site d’atterrissage qui met en lumière pas moins de quinze unités géologiques distinctes, de quoi aider à orienter les choix stratégiques du véhicule et à interpréter son environnement avec finesse.

Cette cartographie exhaustive s’appuie sur les données fournies par les orbiteurs ExoMars Trace Gas Orbiter de l’ESA et Mars Reconnaissance Orbiter de la NASA.

Rosalind franklin rover mars
Une image du site Oxia Planum sur Mars produite par l’orbiteur Mars Express de l’ESA et le Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) de la NASA. Crédits : NASA/JPL/Université de l’Arizona
Rosalind franklin rover mars
Ce zoom avant de la carte montre Sicilla Mensa, un élément au sommet plat avec des bords en forme de falaise visible sur le site. Crédits : Fawdon et coll. 2024

Pour rappel, la mission avait initialement été développée en partenariat avec la Russie qui devait fournir la plateforme d’atterrissage du rover. Ce partenariat avait ensuite été rompu suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie en 2022. De ce fait, l’ESA est désormais obligée de concevoir et de construire sa propre plateforme, d’où le report de lancement qui devait être opéré en 2024. Finalement, ce dernier aura au plus tôt en octobre 2028.