in

Les vieux éléphants mâles (aussi) ont un rôle essentiel au sein de leur troupeau

Crédits : Amandad/pixabay

Une nouvelle recherche démystifie la théorie selon laquelle les vieux éléphants mâles ne jouent qu’un rôle mineur au sein de leur troupeau. Au contraire, ils sont essentiels au développement des plus jeunes.

Nous savons que les éléphants évoluent en société matriarcale. Les troupeaux sont généralement composés d’une dizaine de femelles et de jeunes éléphanteaux. Une fois matures, les jeunes mâles quittent le groupe avant de faire alliance avec d’autres mâles.

Les recherches menées sur la vie sociale des éléphants se sont principalement concentrées sur le rôle clé joué par les matriarches, les éléphantes les plus âgées et les plus expérimentées de leur troupeau. Ce sont elles qui influencent notamment le comportement et les décisions des autres membres de la famille.

Jusqu’à présent, nous pensions que les mâles les plus âgés étaient au contraire beaucoup moins influents au sein de leur groupe. C’est d’ailleurs l’un des arguments les plus utilisés par les chasseurs de trophées pour justifier leurs actions. En gros, le raisonnement est le suivant : ces mâles âgés ne participent pas à la vie sociale de leur troupeau. Aussi, le fait de les tuer n’a qu’un effet mineur sur la survie de leur espèce.

En réalité, ces mâles âgés sont beaucoup plus importants qu’on ne le pensait.

éléphants
Un jeune adolescent à côté d’un éléphant mâle plus âgé, dans le parc national de Makgadikgadi Pans (Botswana). Crédits : Connie Allen.

Un véritable leadership

Dans le cadre d’une étude, des chercheurs de l’Université d’Exeter (Royaume-Uni) en collaboration avec l’ONG Elephants for Africa ont examiné les mouvements d’éléphants mâles dans le parc national de Makgadikgadi Pans (Botswana). Ces derniers ont été classés en quatre groupes : ceux âgés de 10 à 15 ans, de 16 à 20 ans , de 21 à 25 ans et enfin les plus de 25 ans.

Les chercheurs ont alors constaté que les mâles les plus âgés jouaient un rôle clé dans la direction de ces groupes, et notamment dans la recherche d’eau et de nourriture. Ils se présentent comme les garants du développement et de la survie des plus jeunes mâles.

Nous espérons que nos conclusions pourront aider les responsables politiques et les pourvoyeurs de chasse à évaluer les impacts négatifs potentiels résultant de la récolte sélective des éléphants mâles plus âgés“, explique la principale auteure de l’étude Connie Allen. “Les stratégies de gestion des populations doivent être constamment ouvertes aux avis de la science pour s’assurer que la politique mise en place n’a aucun effet préjudiciable sur la stabilité à long terme des populations d’éléphants“.

Or, c’est le cas ici. Ils occupent un rôle de leadership similaire à celui des matriarches dans leurs troupeaux reproducteurs. Les éliminer entrave donc la transmission de leurs connaissances et expérience aux plus jeunes générations. Cela met de ce fait également en péril la survie de l’espèce déjà menacée d’extinction.