in

Vidéo : deuxième vol d’essai réussi pour le plus gros avion du monde

Crédits : Stratolaunch

L’avion porteur Roc de Stratolaunch a effectué son deuxième vol d’essai le 29 avril dernier dans le cadre d’une opération de collecte de données qui a duré trois heures et 14 minutes. D’autres vols seront nécessaires avant que la structure ne soit opérationnelle. Le but : servir de plateforme de lancement mobile pour les véhicules hypersoniques.

Six réacteurs 747, un fuselage double, 28 roues et une envergure de 117 mètres, le Roc est le plus grand avion du monde. Développée il y a quelques années par le cofondateur de Microsoft, Paul Allen, la structure avait au départ été pensée pour transporter et lancer des fusées, dans le but de libérer des satellites en orbite basse.

Malheureusement, Allen est décédé en 2018. L’entreprise a ensuite été vendue en octobre 2019 à Stratolaunch, qui refondu le rôle de l’engin. L’avion servira désormais de plate-forme de lancement mobile pour les véhicules hypersoniques, ces engins capables de voyager au moins cinq fois plus vite que la vitesse du son.

Deux vols réussis

Le Roc s’était illustré une première fois en avril 2019. Après avoir décollé du port aérien et spatial de Mojave, dans le désert californien, l’avion était resté en vol pendant environ deux heures et demie, atteignant une altitude de 5 200 mètres et une vitesse maximale de 304 km/h.

Il y a quelques jours, le véhicule a tenté et réussi un second vol, toujours depuis le sud-est de la Californie. Au cours de ce test qui a duré trois heures et 14 minutes, l’avion a atteint une altitude maximale de 14 000 pieds (4 267 m) et une vitesse de pointe de 320 km / h.

Nous sommes très satisfaits des performances de notre avion qui se rapproche du lancement de son premier véhicule hypersonique“, a déclaré le directeur de l’exploitation de Stratolaunch, Zachary Krevor, lors d’une conférence de presse.

avion Stratolaunch
Crédits : Stratolaunch

Uns structure pleinement opérationnelle dans deux ans

Stratolaunch développe sa propre famille de véhicules hypersoniques, dont un engin réutilisable de 8,5 m de long baptisé Talon-A. Il sera le premier à voler avec l’avion-porteur.

Toutefois, ce ne sera pas pour tout de suite. D’autres vols d’essai sont en effet nécessaires avant d’envisager le baptême de l’air de cet engin. Si tout se passe comme prévu, le Talon-A pourra effectuer un premier test au début de l’année prochaine. Une version consommable atteindra des vitesses hypersoniques plus tard en 2022.

Enfin, le premier vol avec la variante réutilisable du Talon-A sera programmée en 2023.

Les données recueillies lors de ces vols pourront d’ailleurs intéresser l’armée américaine pour être utilisés comme systèmes de livraison d’armes. Ces engins sont en effet très maniables, et donc plus difficiles à contrer que les missiles balistiques traditionnels. Le gouvernement américain développe ses propres véhicules hypersoniques réutilisables depuis quelques années, mais aucun n’est encore opérationnel.