in

Ce robot coureur à deux pattes est “physiquement intelligent”

(Crédit image : IHMC)

Une équipe de chercheurs américains a mis au point un robot bipède capable de maintenir son équilibre sans l’aide de capteurs ou presque ! Quels sont les secrets de ce robot coureur ?

Baptisé Planar Elliptical Runner, ce robot aux allures de petite autruche a été fabriqué par l’Institute for human and machine cognition (IHMC) basé à Pensacola en Floride (États-Unis). Sa principale caractéristique réside dans ses performances en matière de course : il est capable de courir à 20 km/h sur un tapis roulant.

Cependant, son originalité réside aussi dans son équipement électronique fortement réduit. En effet, un seul moteur équipe et donne la capacité de mouvoir ses jambes à ce fameux Planar Elliptical Runner dont la vitesse est réglée par le biais d’une radiocommande. Les chercheurs indiquent que « ce robot n’est pourvu d’aucun capteur ni d’ordinateur de bord ».

(Crédit image : IHMC)

Il s’agit d’un fait unique en matière de robotique bipède puisque la principale difficulté est bel et bien le maintien de l’équilibre lors des mouvements. Un autre robot bipède bien connu, à savoir le robot Atlas de Boston Dynamics, bénéficie d’un parfait maintien de l’équilibre obtenu via de nombreux capteurs dont les informations corrigent la posture du robot.

Les chercheurs américains estiment que le secret de l’équilibre du Planar Elliptical Runner réside « dans le design physique de la machine ». Cette explication reste plutôt vague, mais l’équilibre pourrait vraisemblablement être assuré par le moyen de locomotion lui-même ainsi que par le stockage éphémère de l’énergie cinétique du moteur dans des ressorts ayant pour mission d’ajuster une position naturelle des appuis.

Il s’avère que pour l’instant, le Planar Elliptical Runner peut courir seulement en étant « calé » entre deux plaques de verre, évitant ainsi sa chute sur un côté. Cependant, la vidéo à visionner en fin d’article montre qu’au moins, le robot placé sur le tapis roulant ne bascule ni en avant ni en arrière, un bon début !

« À la demande de Discovery Channel qui venait tourner un documentaire, on a attaché un robot derrière une voiture et on l’a fait courir sur la route, même s’il n’était pas prêt pour cela. On a beaucoup appris de la manière dont le robot a échoué”, expliquent les chercheurs dans l’attente de perfectionner leur machine.

Sources : Sciences et AvenirL’Usine Nouvelle