in

Des chercheurs alertent sur le risque d’une invasion biologique extraterrestre

Crédits : myersalex216/Pixabay

Des chercheurs nous avertissent que des organismes extraterrestres pourraient faire du stop sur nos vaisseaux et contaminer la Terre. Ils font allusion à notre exploration toujours plus poussée du Système solaire, susceptible d’augmenter les risques d’invasion biologique.

Les risques d’invasion biologique

Les invasions biologiques assistées par l’Homme dans de nouveaux environnements constituent une menace pour la durabilité des écosystèmes. En raison des activités humaines, le taux de propagation des microbes, invertébrés, vertébrés et autres plantes exotiques à travers la planète n’a jamais été aussi important qu’aujourd’hui. Même les régions les plus reculées de la planète sont concernées. Des preuves récentes ont notamment indiqué que les humains avaient introduit par inadvertance des bactéries entériques résistantes aux médicaments dans l’écosystème de l’Antarctique, infectant sur place les communautés d’oiseaux de mer et de phoques.

Pour l’heure, ces invasions biologiques ne touchent que le milieu terrestre, menaçant divers secteurs clés de notre civilisation tels que l’agriculture, la foresterie, l’aquaculture ou l’apiculture. Pour tenter de minimiser ces effets, des réglementations et des normes rigoureuses ont été mises en place, mais qu’en est-il du domaine spatial ?

De plus en plus exploré (et peut-être bientôt exploité) par des entreprises privées et publiques, l’espace apparaît en effet comme une nouvelle frontière du risque de biosécurité. Cette révolution est telle que les cadres réglementaires et politiques n’ont pas encore suivi. Dans la revue BioScience, une équipe de chercheurs propose de nous pencher sérieusement sur ces problèmes de contamination qui vont dans les deux sens.

En effet, la biosécurité spatiale ne concerne pas uniquement l’acheminement d’organismes vivants de la Terre vers d’autres corps du Système solaire. Nous pourrions également imaginer un biote extraterrestre, probablement sous forme microbienne, intégrer une mission de retour sur Terre.

extraterrestre invasion biologique osiris-rex astéroïde bennu
Illustration d’OSIRIS-REx au départ de l’astéroïde Bennu, avec dans ses bagages quelques échantillons. Crédits : NASA / Goddard / University of Arizona

Anticiper pour atténuer les risques

À l’heure actuelle, ces événements sont considérés comme hautement improbables, en partie parce que les conditions difficiles de l’espace rendent difficile la survie d’organismes potentiels. Toutefois, le risque deviendra naturellement de plus en plus élevé à mesure que se multiplieront les missions d’exploration et d’exploitation.

« La recherche de la vie au-delà de notre monde est une entreprise passionnante qui pourrait aboutir à une énorme découverte dans un avenir pas si lointain« , souligne Anthony Ricciardi, de l’Université McGill à Montréal, à LiveScience. « Cependant, face à l’augmentation des missions spatiales (y compris celles destinées à renvoyer des échantillons sur Terre), il est crucial de réduire les risques de contamination biologique dans les deux sens« .

Dans leur étude, les chercheurs rappellent le cas de l’atterrisseur israélien Beresheet qui s’est écrasé sur la Lune en 2019 avec des milliers de tardigrades dans ses bagages. Une étude publiée dans la revue Astrobiology a récemment conclu que ces créatures, aussi résistantes soient-elles, n’ont probablement pas survécu à l’impact, mais que l’incident illustrait les potentiels risques d’invasions biologiques liés à l’exploration humaine de l’espace.

Dans leur papier, le Dr Ricciardi et d’autres chercheurs appellent donc à davantage d’études collaboratives entre les astrobiologistes et les biologistes étudiant les espèces envahissantes sur Terre. Ils suggèrent d’augmenter les protocoles de biosécurité associés aux voyages dans l’espace, en se concentrant sur la détection précoce des contaminants biologiques potentiels et en développant des plans permettant une réponse rapide à de telles détections.