in

Le risque d’apparition d’autisme à la naissance serait lié à la fièvre pendant la grossesse

Crédits : iStock

La fièvre pendant la période de grossesse pourrait augmenter le risque de trouble du spectre autistique chez l’enfant selon une étude menée par les scientifiques du Center for Infection and Immunity à l’école de santé publique de l’Université de Columbia et publiée dans la revue Nature.

L’étude menée est la plus fiable et importante pour explorer le risque d’apparition de TSA associée aux fièvres lors de la grossesse et pour analyser les effets de deux types différents de médicaments utilisés contre la fièvre (acétaminophène et ibuprofène). Les risques ont en effet été minimisés lorsque les mères consommaient de l’acétaminophène pour lutter contre la fièvre lors du deuxième trimestre de grossesse. Bien qu’il n’y ait eu aucun cas de TSA chez les enfants de mères qui consommaient de l’ibuprofène, les scientifiques n’ont pas pu déterminer si le risque de TSA était atténué en raison du nombre très réduit de femmes qui consomment ce médicament contre la fièvre.

Les scientifiques ont suivi près de 95 754 enfants nés entre 1999 et 2009, dont 583 présentant un cas d’autisme. Les mères de 15 701 enfants (16 % de l’effectif) ont signalé avoir eu de la fièvre dans un ou plusieurs intervalles de 4 semaines tout au long de la grossesse. Le risque a été augmenté de 34 % lorsque les mères ont signalé avoir eu de la fièvre à tout moment pendant la grossesse et de 40 % au deuxième trimestre. Le risque a augmenté de 1,3 fois avec un ou deux épisodes de fièvre après la 12e semaine prénatale et à 3,12 fois avec trois épisodes de fièvre ou plus.

L’analyse n’a pas révélé d’association entre le risque d’autisme et les symptômes d’infection liés à la mère dans les systèmes organiques individuels qui pourraient impliquer des agents infectieux spécifiques. Une étude en cours est en train de tester des échantillons de sang recueillis à la mi-grossesse et à la naissance pour explorer le rôle possible d’agents infectieux spécifiques. L’analyse de la contribution des modèles distinctifs de réponse immunitaire chez les mères et les enfants est aussi en cours afin de comprendre les mécanismes vulnérabilisant l’enfant.

« Les travaux futurs devraient se concentrer sur l’identification et la prévention des infections prénatales, ainsi que sur les réponses inflammatoires, qui peuvent contribuer au trouver du spectre autistique », a déclaré W. Ian Lipkin, directeur du Center for Infection and Immunity.