in

Ces « rides » martiennes entourent un volcan gargantuesque

Crédits : ESA

La sonde Mars Express a récemment pris des images incroyables d’une série de failles tectoniques martiennes s’étendant sur plus de 2 400 kilomètres. Comment se sont-elles formées ? Le responsable n’est autre qu’un énorme volcan bouclier formé il y a des milliards d’années.

Mars n’est aujourd’hui qu’un monde froid et sec, mais cela n’a pas toujours été pas toujours le cas. Il y a entre trois et quatre milliards d’années, l’atmosphère était plus épaisse et de l’eau recouvrait en effet la surface. Le volcanisme était également beaucoup plus actif. Les signes de cette activité passée sont aujourd’hui visibles au sol, mais aussi depuis l’orbite. Récemment, la sonde européenne Mars Express a en effet capturé les vestiges impressionnants de cet ancien monde.

Visage ridé

Alba Mons est un volcan bouclier particulièrement impressionnant. Non pas qu’il soit très haut : culminant à environ 6 800 mètres, il rivalise avec certains des plus hauts sommets terrestres, mais il représente cependant moins d’un tiers de la hauteur d’Olympus Mons, le volcan le plus haut de Mars et du Système solaire avec une altitude de vingt-six kilomètres. En revanche, ce volcan prend beaucoup de place. Sa taille est en effet comparable à celle des États-Unis.

La formation de ce volcan gargantuesque a fissuré la zone environnante, créant les longues traînées visibles depuis l’orbite. Longeant le côté est du volcan, ces formations sont connues sous le nom de graben. En géologie, ces structures se créent lorsque deux failles parallèles se forment et que la roche entre elles s’enfonce dans le vide résultant. Dans cette région martienne, ces « rides » peuvent mesurer jusqu’à mille kilomètres de long et dix kilomètres de large, et s’enfoncent à plus de 350 mètres de profondeur.

Selon les chercheurs, les dépôts volcaniques autour d’Alba Mons auraient entre 3,6 et 3,2 milliards d’années, en témoigne le nombre de cratères dans la région. Rappelons en effet que l’âge d’un corps rocheux peut être estimé en fonction du nombre de cratères. Concrètement, plus un corps existe depuis longtemps, plus sa surface est bombardée.

volcan
Une vue plus large de la région, avec Alba Mons au centre. L’encadré représente la zone photographiée ci-dessous. Crédits : Équipe scientifique NASA/MGS/MOLA
volcan
Crédits : ESA, DLR, FU Berlin

L’image ci-dessous proposée par l’ESA nous montre également un grand cratère d’impact. Comme vous pouvez le constater, les lignes de faille traversent le fond, ce qui signifie que ce cratère avait déjà été creusé par une roche spatiale avant la formation d’Alba Mons. D’autres cratères disséminés dans les environs sont plus récents, interrompant les lignes de faille avec leurs bassins et leurs rebords.

volcan failles
Crédits : ESA