in

Richard Branson s’envolera pour l’espace neuf jours avant Jeff Bezos

Crédits : Jarle Naustvik/fLICKR

Il y a quelques jours, Jeff Bezos, le fondateur de la société Blue Origin, annonçait qu’il prendrait part au premier vol de son lanceur le 20 juillet prochain. Ce jeudi, Virgin Galactic a annoncé que son fondateur, le milliardaire britannique Sir Richard Branson, tenterait de rejoindre l’espace quelques jours plus tôt, le 11 juillet.

Un premier vol habité pour le VSS Unity

Il y a cinq ans, la société Virgin Galactic, créée par Sir Richard Branson, présentait son nouveau prototype d’avion suborbital : le VSS Unity. Cet « avion-fusée », conçu pour embarquer jusqu’à six passagers dans l’espace, proposera des vols suborbitaux au cours desquels les voyageurs pourront flotter en apesanteur pendant quelques minutes. Le premier vol de ce vaisseau est prévu pour le 11 juillet prochain. Et Richard Branson sera de la partie.

Baptisé « Unity 22 », ce vol transportera un équipage complet de six personnes. Parmi elles deux pilotes – Dave Mackay et Michael Masucci – et quatre spécialistes de mission, dont Branson.

«Après plus de seize ans de recherche, d’ingénierie et de tests, Virgin Galactic est à l’avant-garde d’une nouvelle industrie spatiale commerciale, qui est prête à ouvrir l’espace à l’humanité et à changer le monde pour de bon», a déclaré l’entrepreneur. «C’est une chose d’avoir le rêve de rendre l’espace plus accessible à tous ; c’en est une autre pour une équipe incroyable de transformer collectivement ce rêve en réalité. En tant que membre d’une équipe remarquable de spécialistes de mission, je suis honoré d’aider à valider le voyage».

Le vol se divisera en plusieurs phases : un avion porteur, le WhiteKnightTwo transporte l’avion-fusée à haute altitude. Ce dernier sera ensuite largué pour poursuivre sa montée, d’abord propulsé par son moteur-fusée, puis sur l’inertie. La descente se fera aussi en deux phases. Au début, compte tenu de la faible portance de l’air à ces altitudes, l’arrière du véhicule sera relevé de façon à équilibrer les forces pour que la cabine reste à l’horizontale. Dès que la densité d’air sera suffisante, les ailes de l’avion-fusée sont remises en position normale pour achever son vol à la manière d’un planeur.

virgin
Une illustration du VSS Unity. Crédits : Virgin Galactic
virgin galactic
L’intérieur de la cabine du vaisseau. Crédits : Virgin Galactic

Neuf jours avant Bezos

Le timing de ce vol est également important. En effet, le premier vol commercial du lanceur New Shapard, développé par la société de Jeff Bezos Blue Origin, est prévu pour le 20 juillet prochain. Et pour cette inauguration, Jeff Bezos lui-même sera de la partie avec son frère, Mark Bezos. Aussi, en proposant son vol le 11 juillet, Branson se donne les moyens de « battre » symboliquement le fondateur d’Amazon. Vous l’avez compris, ce n’est pas seulement une course à l’espace, mais également une véritable bataille d’ego.

Rappelons également que ce jeudi, jour de l’annonce de Branson, Bezos et Blue Origin ont également invité Wally Funk à participer au premier vol du New Shepard. Funk, 82 ans, était membre du programme privé « Mercury 13 » pour les femmes qui n’ont finalement pas été sélectionnées pour aller dans l’espace dans les années 1960. Elle voulait donc être astronaute, et Jeff Bezos réalisera finalement son rêve.

Enfin, rappelons que selon la Fédération aéronautique internationale, la « limite de l’espace » – ou ligne de Kármán – se profile à 100 km au-dessus de la surface de la Terre. Or, Branson volera probablement un peu au-dessus de 80 km au cours de cette mission, tandis que le New Shepard de Blue Origin emmènera Bezos au-dessus des 100 km avant de redescendre sur Terre. Ainsi théoriquement, Bezos pourrait soutenir que Branson n’a jamais réellement atteint l’espace.