in

Le rhinocéros de Sumatra au bord de l’extinction depuis des milliers d’années

Crédits : Wikimedia / International Rhino Foundation

Le rhinocéros de Sumatra est l’une des espèces les plus menacées de la planète, mais depuis quand ? Pour le savoir, des chercheurs ont récemment séquencé le génome de l’animal pour la première fois.

Le rhinocéros de Sumatra est une espèce menacée, inscrite aujourd’hui sur la liste des espèces en danger critique d’extinction (80 % de sa population a disparu au cours des trois dernières générations). Mais depuis quand exactement la plus petite de toutes les espèces du rhinocéros, et la seule avec des poils, est-elle sur cette « ligne rouge » ? Depuis très longtemps, révèle une étude. Le séquençage de son génome indique en effet que malgré un pic des effectifs il y a environ 1 million d’années, l’espèce flirte avec l’extinction depuis au moins 10 000 ans.

On estime à seulement 300 le nombre de rhinocéros de Sumatra survivant actuellement en petites populations sur l’île de Sumatra, dans la péninsule de Malaisie et à Sabah, au nord de Bornéo. L’analyse génétique de l’ADN d’un rhinocéros qui vécut au zoo de Cincinnati pendant 22 ans jusqu’à sa mort en 2013, a pourtant révélé que la population de l’espèce était d’environ 700 individus il y a 9 000 ans environ, soit un peu plus du double seulement que maintenant. L’équipe s’est ici appuyée sur une technique appelée modélisation Pairwise Sequentially Markovian Coalescent (PSMC), qui permet d’estimer l’histoire de la population d’une espèce en couvrant des milliers de générations, à partir de la séquence génomique d’un seul individu.

Utilisant ce dernier échantillon, les chercheurs ont comparé les résultats avec des données fossiles et climatiques pour dresser un portrait de la façon dont le rhinocéros de Sumatra s’était comporté au cours des derniers millions d’années. Selon les données, l’espèce a atteint son pic de population il y a environ 950 000 ans – ils étaient alors environ 57 800 individus à parcourir la Terre. Les chercheurs suggèrent que l’espèce a connu des fluctuations importantes au cours du Pléistocène (parfois appelé l’âge de glace), qui a duré de 2,6 millions d’années à environ 12 000 ans.

« Nos données sur la séquence du génome ont révélé que le Pléistocène était un tour de montagnes russes pour les populations de rhinocéros de Sumatra », explique l’un des membres de l’équipe, Herman Mays Jr. de l’Université Marshall. Il y a environ 10 000 ans, un afflux d’autres animaux jumelé à la hausse du niveau de la mer (qui a fragmenté l’habitat du rhinocéros en îles isolées) a finalement exercé une pression importante sur l’espèce, menant à une diminution sévère des effectifs.

C’est pourquoi il y a environ 9 000 ans, il ne restait plus que 700 rhinocéros de Sumatra, et il n’y a jamais eu de rebond. L’Homme n’a pas rendu les choses plus faciles. « L’espèce est suspendue par un fil », note le chercheur. « Nous devons faire plus pour le sauver ».

Vous retrouverez tous les détails de cette étude dans la revue Current Biology.

Source