Re:wild redécouvre une espèce d’arbre « disparue » depuis près de deux siècles

arbuste arbre Ilex
Crédits : Fred Jordão / Re:wild

Dernièrement, un groupe environnemental a redécouvert une espèce d’arbre que l’on croyait disparue depuis presque deux siècles. L’arbre en question faisait d’ailleurs partie des 25 espèces disparues les plus recherchées dans le monde.

Une découverte chargée d’émotion

L’Ilex de Pernambouc (Ilex sapiiformis) est une espèce d’arbustes proche du houx et originaire du Brésil. Celle-ci a été déclarée disparue en 1838, mais la nature réserve parfois de très belles surprises. Dans un communiqué du 20 septembre 2023, le groupe environnemental Re:wild a en effet déclaré avoir découvert plusieurs spécimens d’Ilex de Pernambouc. L’association cofondée par le célèbre acteur Leonardo DiCaprio explique avoir envoyé une équipe durant six jours dans l’État de Pernambouc (Brésil) à la recherche de ces spécimens.

Presque deux siècles après sa prétendue disparition, l’Ilex de Pernambouc fait donc son grand retour après avoir fait partie des 25 espèces disparues les plus recherchées dans le monde.

« Au moment où nous avons trouvé Ilex sapiiformis, il avait semblé que le monde s’était arrêté de tourner. La nature nous surprend. Trouver une espèce dont nous n’avions aucune nouvelle depuis près de deux siècles n’arrive pas tous les jours. Ce fut un moment incroyable et l’émotion s’est ressentie dans toute l’équipe », a déclaré Juliana Alencar, une chercheuse locale assistant l’expédition de Re:wild.

arbuste arbre Ilex 2
Crédits : Fred Jordão / Re:wild

Une espèce retrouvée grâce à ses fleurs

Au XIXe siècle (plus précisément en 1838), l’Ilex de Pernambouc avait été recensé en Occident par le biologiste écossais George Gardner. Il s’agissait alors de la seule observation confirmée jusqu’à la plus récente, à savoir le 22 mars 2023. L’expédition de Re:wild a en effet découvert quatre spécimens sur une des rives d’une petite rivière traversant Igarassu, une localité se trouvant à une trentaine de kilomètres au nord de Recife. Ainsi, ceci revient à dire que les spécimens d’Ilex de Pernambouc étaient cachés près d’une ville de plus de six millions d’habitants.

Les scientifiques de l’association ont expliqué avoir découvert ces spécimens en suivant la piste de petites fleurs blanches caractéristiques de l’espèce. Après avoir parcouru sans succès des collections virtuelles en ligne, les chercheurs ont visité des collections d’herbiers au Brésil n’ayant jamais fait l’objet d’une numérisation. Deux spécimens avaient alors retenu leur attention, le premier collecté en 1962 et le second en 2007.

Désormais, il est question de lancer un programme de reproduction pour l’Ilex de Pernambouc. En effet, la découverte concernait seulement quatre spécimens isolés, si bien que l’espèce, malgré son récent « retour », est désormais considérée comme étant en danger d’extinction.