in

Révélation sur l’orgasme féminin

Crédits : paradox6 / Pixabay

Chers lecteurs et chères lectrices, préparez-vous à apprendre des choses qui pourront changer la nature de vos ébats : le point G et l’orgasme vaginal n’existent pas !

Le mythe selon lequel la femme pourrait avoir différents types d’orgasme est complètement erroné selon la revue Clinical Anatomy. Celle-ci préfère donc le terme générique « d’orgasme féminin » comme on pourrait parler d’orgasme masculin pour l’homme. Cette revue dénonce également le fait que de nombreuses femmes dans le monde se voient diagnostiquer des problèmes sexuels, d’anorgasmie notamment, pour la simple raison qu’elles ne parviennent pas à avoir de jouissance pendant la pénétration, alors que c’est en fait le cas d’une majorité. L’orgasme ne venant pas du vagin, la pénétration n’est pas la clé de celui-ci. Quelle est-elle alors ?

La clé de l’orgasme féminin, c’est le clitoris !

Eh oui, ce que l’on appelle parfois le « pénis féminin » est la partie la plus érogène du corps de la femme. Le clitoris doit donc nécessairement être stimulé pour que l’orgasme soit atteint.

Une autre étude américaine, publiée dans Journal of Sexual Medicine cette année, révèle que la taille du clitoris peut augmenter ou diminuer fortement les chances d’avoir un orgasme au cours d’une simple pénétration ; plus il est petit et loin du vagin, plus la difficulté pour les femmes de jouir durant un rapport sexuel augmente.

C’est pourquoi le docteur Vincenzo Puppo, co-auteur de l’étude publiée dans Clinical Anatomy, rappelle que «l’éjaculation masculine ne signifie pas automatiquement la fin de la partie pour les femmes, […] après avoir éjaculé, l’homme peut continuer à embrasser et caresser sa partenaire pour la mener à l’orgasme».

Aux hommes qui avaient des difficultés à combler de plaisir leur partenaire, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

>> Vous aimerez aussi : Voilà à quoi vous ressemblez pendant l’orgasme