in

Réveiller les cerveaux victimes d’AVC avec de l’oxygène pur ?

Une technologie initialement destinée aux accidents de plongée offre aujourd’hui des perspectives intéressantes en ce qui concerne les accidents vasculaires cérébraux (AVC). Les patients touchés pourront peut-être à l’avenir recevoir ce traitement pouvant améliorer leur capacité à marcher.

L’hôpital Pasteur de Nice explore une nouvelle piste de travail synonyme d’espoir pour les victimes d’AVC. L’Unité de traitement par oxygène hyperbare (UTOH) étudie les effets de l’oxygène pur respiré dans un caisson hyperbare sur un cerveau ayant subi un accident vasculaire cérébral. La technique utilisée n’est autre que l’oxygénothérapie hyperbare (OHB).

« L’oxygénothérapie hyperbare est une modalité d’administration d’oxygène à une pression supérieure à la pression atmosphérique. Le caisson hyperbare est une enceinte de forme cylindrique composée de plusieurs chambres dans lesquelles on administre le traitement. L’aménagement de la chambre ou module comporte soit des sièges pour s’asseoir soit des emplacements pour brancard », selon un dépliant complet de l’UTOH (PDF 5 pages).

(Crédit image : UTOH)

De premiers résultats ont été communiqués par le Dr Bernard Gamain de l’UTOH lors de la réunion organisée en mars 2017 par la Société de médecine et de physiologie subaquatiques et hyperbares de langue française (Medsubhyp). Selon l’expert, plusieurs séances dans un caisson hyperbare peuvent améliorer la marche des patients atteints d’AVC.

Cet engouement de l’hôpital Pasteur pour l’oxygénothérapie hyperbare a pris racine en 2013 lorsqu’un patient d’un autre hôpital niçois a évoqué des recherches sur le sujet en provenance d’Israël, plus précisément de l’université de Tel-Aviv. L’UTOH effectue alors recherche bibliographique et retrouve ces recherches publiées dans la revue Plos One.

« Leur étude menée sur 74 patients démontrait pour la première fois, imagerie TEP à l’appui, que réveiller le cerveau avec de l’oxygène entre 6 mois et 3 ans après un AVC est possible. Nous, nous avons voulu confirmer avec des moyens plus modestes, car malheureusement sans imagerie, qu’il se passait bien quelque chose au niveau cérébral », explique Dr Bernard Gamain.

Il faut savoir qu’à la suite d’un AVC, les neurones présents dans une zone dite de « nécrose » meurent rapidement à cause du manque d’oxygène, mais dans la zone périphérique dite de « pénombre », l’oxygène peut contribuer à la formation de nouveaux neurones, un processus nommé neurogenèse.

Les tests ont porté sur 9 personnes victimes d’un AVC depuis plus de 3 mois. Des séances d’oxygénothérapie hyperbare ont alors été menées sur les volontaires à raison d’une par jour durant 5 jours sur 7 pendant 8 semaines pour un total de 40 séances de 90 minutes. Les résultats ont montré une augmentation de 70 mètres du périmètre de marche en moyenne : 253 mètres avant l’OHB puis 325 mètres après les séances.

Cette technologie ne fait pas seulement l’objet de recherches en France et en Israël, mais également en Suisse et au Canada. D’autres paramètres que la marche seront bientôt explorés par l’équipe niçoise tels que la préhension (saisir des objets avec la main) ou encore le langage.

Sources : Sciences et Avenir – ICI Radio Canada