in ,

Retrofit : et si l’on transformait les gratte-ciel en batteries gravitaires ?

gratte-ciels
Crédits : segawa7 / iStock

Bien que l’humanité doive compter sur les énergies renouvelables afin de réussir une décarbonation générale, un problème subsiste : l’absence de solutions de stockage suffisantes. Les recherches d’un institut autrichien semblent cependant avoir débouché sur une solution originale.

Jouer avec la gravité des gratte-ciel

Qu’il s’agisse d’hydroélectrique, d’éolien ou de solaire, la gestion du réseau électrique peut être compliquée en raison de l’absence de solutions satisfaisantes concernant le stockage de l’énergie. Plusieurs sociétés travaillent sur cette problématique comme Tesla qui a déjà proposé ses Megapacks à la commercialisation. Néanmoins, ceux-ci posent entre autres des problèmes de sécurité.

Une équipe de l’International Institute of Applied Systems Analysis (IIASA) de Vienne (Autriche) est à l’origine d’une étude à paraître dans la revue Energy en septembre 2022. Les scientifiques y décrivent une solution originale : jouer avec la gravité des gratte-ciel afin de stocker de l’énergie. Baptisé Lift Energy Storage System (LEST), ce projet implique de rétrofitter les ascenseurs que les gratte-ciel possèdent déjà.

En cas de surplus d’électricité, il sera possible d’éviter les pertes en soulevant des poids que l’on placerait dans les ascenseurs déjà en fonctionnement. Au contraire, lorsqu’un besoin en énergie se fait sentir, il sera possible d’en générer en descendant les poids de ces mêmes ascenseurs.

batteries gravitaires gratte-ciels
Crédits : IIASA

Un projet modeste, mais qui a plusieurs avantages

Le système LEST n’entre pas dans le cadre d’un stockage en très grande quantité des énergies renouvelables. Ainsi, ce projet reste assez modeste face à d’autres dont l’ampleur est bien plus grande. Toutefois, ce même système comporte des avantages : les structures existent déjà et n’ont donc pas besoin d’être construites. Selon les chercheurs, il y a seulement besoin d’adapter ces structures, et ce, pour un coût modéré. Par ailleurs, ces « batteries gravitaires » se trouveraient dans l’espace urbain, une solution idéale pour subvenir à quelques besoins supplémentaires en énergie.

Cependant, le système n’est pas encore prêt de voir le jour, car les scientifiques doivent encore résoudre quelques problèmes. Néanmoins, les chercheurs estiment déjà qu’il s’agit d’une solution fiable, pratique et économique puisque le prix du stockage de l’énergie grâce au système LEST coûterait entre 21 et 128 dollars par kWh. Ainsi, cette alternative serait beaucoup moins onéreuse que le stockage par des batteries classiques.

Enfin, les scientifiques estiment que les plus hauts bâtiments situés aux quatre coins du monde pourraient se transformer en unité de stockage. Or, ces unités pourraient sur demande injecter dans le réseau entre 30 et 300 GWh, ce qui n’est évidemment pas négligeable.