in

Retour à la vie normale pour le 2ème patient au cœur artificiel

Crédits : Մանէ / Wikimedia Commons

Il est seulement le deuxième homme à avoir reçu un cœur artificiel. L’homme de 68 ans a été opéré le 5 Août dernier à Nantes par le Professeur Alain Carpentier. De retour chez lui depuis le début du mois de janvier, il peut désormais mener à nouveau une vie normale.

L’homme âgé de 68 ans tient à conserver l’anonymat pour préserver sa nouvelle vie. Le 2 janvier dernier, 5 mois après qu’il lui ait été implanté un cœur artificiel français appelé « Carmat », le patient a pu quitter l’hôpital et rentrer définitivement chez lui. « Il nous a raconté être allé déjeuner sans aucune assistance technique chez son fils à 70 km de Nantes. N’est-ce pas la plus belle démonstration d’une vie normale? » déclare le Pr Carpentier qui est aussi le concepteur de l’appareil, au journal Le Parisien.

Cinq mois d’attente et de tension pendant lesquels il a fallu ré-apprendre à vivre, à marcher et à recouvrer des capacités basiques. Disposer d’une autonomie complète était la condition pour pouvoir retrouver son domicile, mais il a aussi fallu que le patient se forme pour apprendre à gérer lui-même son cœur, relié à un appareillage de 3 kg, qui se porte en sacoche, et qui comprend les deux batteries d’approvisionnement en électricité du cœur et un boîtier de contrôle.

Échec sur le premier patient

Le 18 décembre 2013, un premier cœur artificiel avait été implanté sur Claude Dany, un patient alors âgé de 76 ans. Mais 74 jours plus tard, le cœur s’était arrêté inopinément et Claude Dany n’avait pas survécu. Pour le Pr Carpentier, plusieurs facteurs sont en cause dans cet échec. « Une part des difficultés étaient liées à la condition même du malade : son âge, sa maladie plus avancée, sa vie menacée à quelques semaines et son état général, rénal en particulier, plus atteints que ce que nous pouvions supposer. » Pour cette seconde opération, « nous avons choisi un malade plus jeune, aux fonctions rénales et hépatiques encore peu atteintes, et avec une bonne fonction pulmonaire » explique le professeur.

Le cœur artificiel aussi a connu des ajustements et des améliorations, et selon ses concepteurs, dont le Pr Carpentier, il peut désormais remplacer de manière définitive un cœur malade, au lieu d’être une solution provisoire en attente d’une greffe.