in

Oubliées durant plusieurs décennies, les fenêtres à triple vitrage font leur retour

Crédits : AndreyPopov / iStock

Au début des années 1990, des chercheurs américains avaient mis au point une fenêtre à triple vitrage pour réaliser des économies d’énergie. Aujourd’hui, cette innovation refait son apparition après être tombée dans l’oubli.

Une innovation trop précoce ?

Sur le Web, de nombreuses plateformes donnent des conseils sur le choix d’installation de fenêtres double vitrage. Il faut dire que les fenêtres simple vitrage ne sont pas un gage de performances, autant sur le plan thermique ou phonique que sécuritaire. Et pourtant, les fenêtres double vitrage ne sont pas le must en matière d’isolation. Dans un article du 19 janvier 2022, Essential Energy and Environment News confirme le retour d’une innovation ayant fait son apparition il y a une trentaine d’années : les fenêtres à triple vitrage.

À l’origine de cette innovation, nous retrouvons Robert Hart et son équipe de l’Université de Berkeley (États-Unis). Le chercheur explique qu’en 1991, le double vitrage représentait ce qui se faisait de mieux si bien qu’officiellement, le triple vitrage n’offrait rien de plus. Et pourtant, si les recherches ont été abandonnées, les premiers résultats se sont montrés très prometteurs. En effet, les chercheurs affirmaient que le triple vitrage permettait de réduire la facture de chauffage de 39 % par an, une réduction des coûts également très intéressante du côté de la climatisation (-28 %).

Le principe du triple vitrage réside dans le fait de glisser au milieu des vitres intérieures et extérieures une fine couche de verre. Toutefois, il ne s’agissait pas d’un verre basique, mais d’une couche de krypton, un gaz inerte qui servait entre autres à remplir les lampes à incandescence. Néanmoins, le krypton était un gaz très onéreux. Autrement dit, l’innovation des chercheurs de Berkeley offrait de belles performances, mais était malheureusement trop chère à fabriquer.

triple vitrage
Crédits : Berkeley Lab / Robert Hart

Une possible démocratisation trente ans après

Aujourd’hui, la donne a complètement changé et le triple vitrage aurait une nouvelle carte à jouer. Les États-Unis se sont fixé un objectif « zéro émission » pour 2050 et les bâtiments utilisent environ 75 % de l’électricité disponible dans le pays. L’enjeu est donc bien réel puisqu’au-delà de l’intérêt environnemental, il est aussi question de réduire le montant des factures énergétiques des particuliers et des entreprises.

En 2019, les chercheurs ont à nouveau publié leurs résultats et proposé leur prototype à Alpen High Performance Products Inc., une société qui travaillait à l’époque sur une fenêtre à trois volets. Elle a alors décidé de modifier la conception de son produit après avoir compris l’intérêt du triple vitrage. Surtout, le prix de la fameuse couche intermédiaire de krypton a largement baissé depuis les années 1990.

L’avenir nous dira donc si le triple vitrage sera ou non finalement démocratisé dans le secteur de la construction pour le bien de la planète et des portefeuilles.