in

Rester hydraté : un processus qui se déroule en deux étapes

Crédits : Pixabay

Une récente étude suggère que la sensation de soif est régie par deux voies indépendantes dans le corps et le cerveau des mammifères. Le but : maintenir l’organisme parfaitement hydraté.

Lorsque vous avez soif, vous prenez un verre d’eau. Vous l’avez peut-être remarqué, une fois ce verre ingéré, la sensation de soif disparaît rapidement – presque instantanément. Ce qui est étrange puisque cette eau n’a pas encore eu le temps d’être absorbée par les tissus. Alors comment se fait-il que vous n’ayez plus soif, d’un seul coup ? Une récente étude menée par des chercheurs de Caltech, aux États-Unis, a récemment identifié non pas une, mais deux étapes permettant de contrôler le processus de satiété. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Neuron.

La gorge, puis les intestins

Tout commence dans la gorge. Certains nerfs détectent le liquide absorbé. Ils envoient alors un signal à l’organe subfornical de votre cerveau. C’est cette zone qui est responsable de la régulation des signaux de soif, afin de s’assurer qu’un mammifère reste correctement hydraté. Des neurones s’activent pour générer une sensation de soif lorsque vous devez vous hydrater, et « s’éteignent » lorsqu’ils reçoivent un premier signal de votre gorge.

Ça, c’est la première étape. Mais de nouvelles recherches menées sur des souris suggèrent qu’il existe en fait un deuxième signal. Celui-ci est envoyé par le tube digestif à l’organe subfornical lorsque le liquide atteint finalement l’estomac.

Des nerfs présents dans l’intestin détectent dans un premier temps la concentration d’eau dans ce liquide. S’il y en a assez pour hydrater le corps, les neurones de l’organe subfornical restent inactifs. Mais s’il n’y a pas assez d’eau – par exemple dans le cas où le liquide est de l’alcool -, ces neurones sont réactivés et la sensation de soif est de nouveau enclenchée.

hydraté
Être rafraîchi n’est pas la même chose qu’être hydraté. Crédits : Pixabay

Un objectif évolutif

Pour les chercheurs, ce processus en deux étapes est un système évolutif très élaboré. Une première sensation de soif incite les mammifères à chercher des liquides pour s’hydrater. Le premier signal (bouche et gorge) envoie ensuite un signal très rapide au cerveau pour dire « stop ». Le but de cette manœuvre est alors de laisser le temps au système digestif « d’analyser » la teneur en eau de ce liquide, et de décider si oui ou non votre corps en a davantage besoin.

« Ce deuxième signal d’absorption est important pour empêcher la trop grande ingestion d’un liquide qui ne vous hydratera pas, explique Vineet Augustine, principal auteur de l’étude. Si vous avez bu de l’eau salée, par exemple, ce signal d’absorption est comme un frein qui vous empêchera de continuer à boire jusqu’à ce que le second signal puisse vous assurer que ce que vous avez bu est véritablement de l’eau ».

Encore une fois, la nature est tout de même bien faite.

Source

Articles liés :

Ils ont retrouvé de l’eau de mer vieille de 20 000 ans

Un énorme réservoir de glace d’eau découvert sur Mars

L’eau de la Terre et celle de la Lune pourraient avoir la même origine