La découverte d’une ringwoodite, une pierre rarissime par un expert en diamants et l’analyse de cette dernière a mené il y a quelques années à une autre découverte, le fait qu’il existe de l’eau à des centaines de kilomètres sous la surface de la Terre, et ce en quantités abondantes puisque ce réservoir serait équivalent à l’ensemble des océans.

La ringwoodite est une pierre qui se forme quand l’olivine, un matériau présent en abondance dans le manteau terrestre, est soumise à des pressions élevées. Cette pierre est extrêmement rare puisque, jusque-là, elle n’avait été observée que sur des météorites ou créée en laboratoire de manière artificielle. Jamais une telle pierre n’avait été trouvée dans un prélèvement du manteau terrestre jusqu’à ce que Graham Pearson, expert en diamant de l’Université de l’Alberta, au Canada, ne tombe sur un petit morceau de diamant brun de 3 millimètres de long, au Brésil, alors qu’il cherchait d’autres minéraux.

Dans la revue Nature, le chercheur et son équipe ont détaillé leur découverte réalisée après analyse de ce morceau de diamant, à savoir de la ringwoodite en son intérieur. Autre découverte, environ 1,5% du poids de la ringwoodite consistait en de l’eau emprisonnée, menant les chercheurs à confirmer la présence d’eau très loin sous la surface de la Terre. La découverte « confirme les prédictions issues d’expériences menées en laboratoire selon lesquelles un réservoir d’eau équivalent à l’ensemble des océans se cache dans les profondeurs du manteau terrestre« , d’après une analyse de la découverte de Pearson par Hans Keppler, de l’Université de Bayreuth en Allemagne.

Dans les profondeurs de la Terre, on trouve d’abord la croûte terrestre, profonde d’environ 100 km, puis le manteau supérieur, qui s’étend entre 100 km et 410 km. Le manteau inférieur, lui, s’étend entre 660 km et 2925 km, et c’est dans la zone située entre les manteaux supérieurs et inférieurs que s’est formé le morceau de ringwoodite que les chercheurs ont trouvé. Si pendant longtemps, les scientifiques ont ignoré ce qui se trouvait réellement dans cette zone de transition, ils suggèrent depuis longtemps que de l’eau se trouve loin sous la surface. Mais ils ne s’attendaient pas à la trouver dans cette zone-là, entre les deux manteaux.

Pour Graham Pearson, il y a deux explications possibles. « La première hypothèse, c’est que l’eau contenue dans la ringwoodite est héritée d’un fluide de formation de diamant aqueux, duquel l’eau est apparue au cours d’une phase syngénétique. Dans ce modèle, le fluide aqueux proviendrait de la zone de transition, car rien n’indique que le manteau inférieur contienne une quantité importante d’eau » peut-on lire dans l’étude. « L’autre hypothèse, c’est que la ringwoodite soit ‘protogénétique’, c’est-à-dire qu’elle était présente avant d’être emprisonnée dans la pierre et que sa composition reflète celle de la zone de transition« . Dans ces deux cas, l’eau est présente en abondance dans cette zone de transition. « Les deux modèles impliquent que la zone de transition soit riche en eau, au moins par endroits« .

Source