Le déficit de lignes électriques freine la démocratisation des énergies renouvelables

lignes éléctriques
Crédits : Artur Nichiporenko / iStock

Si la transition énergétique est définitivement en marche, plusieurs obstacles se dressent sur son chemin. En effet, le développement de projets éoliens et solaires se heurte à une saturation des réseaux électriques. Autrement dit, il n’y a pas assez de lignes électriques pour alimenter les foyers.

Des réseaux publics en retard

Depuis plusieurs années, le monde a entamé une transition énergétique, principalement incarnée par des projets de centrales éoliennes et solaires ou encore l’élaboration de carburants synthétiques. Toutefois, la multiplication des projets autour des énergies solaire et éolienne se confronte à des retards d’approvisionnement en électricité comme l’affirme le Financial Times dans un article du 11 juin 2023.

Dans un rapport de 2021, le Groupe d’experts gouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) estimait que la température à la surface de la Terre avait augmenté de 1,1°C par rapport à l’ère préindustrielle. D’ici 2030, cette augmentation pourrait atteindre les 1,5°C. L’objectif de l’ensemble de ces projets est donc clair : limiter le réchauffement climatique.

Si l’intention de bon nombre de pays est bien présente, les projets font face à des réseaux publics et privés accusant un certain retard. Dans les faits, le raccordement des projets éoliens et solaires aux réseaux n’est pas chose aisée. Or, la demande ne cesse d’augmenter, notamment en Europe. Effectivement, l’UE a voté une loi climat il y a deux ans afin d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.

éolienne
Crédits : Christian Tessier / iStock

Une modernisation plus que nécessaire

L’article du Financial Times a donné la parole à Frédéric Godemel, vice-président de Schneider Electric, le numéro 1 mondial de la distribution électrique, présent dans plus d’une centaine de pays. Il estime que les réseaux sont le principal moyen d’obtenir de l’énergie et qu’ils doivent donc bénéficier d’une modernisation. L’expert a même évoqué la nécessité d’un « changement de catégorie ». Au Royaume-Uni par exemple, 80 millions de nouvelles lignes électriques seront nécessaires d’ici 2050 pour remplacer le réseau actuel. Or, chaque pays devra faire des efforts similaires pour pouvoir mener à bien la transition.

Enfin, outre les problèmes en lien avec les réseaux électriques, la transition énergétique se heurte à quelques autres problèmes. Dans un article publié en mai 2023, le journal Les Échos a par exemple relayé les estimations de la banque Goldman Sachs. Les responsables pensent que la tonne de cuivre pourrait se négocier autour de 15 000 dollars US en 2025, générant de sérieuses tensions sur le marché. Or, le cuivre est une ressource cruciale pour l’économie mondiale, de par son utilisation dans des dizaines de secteurs, notamment l’énergie, les télécommunications, les transports, etc.