in

La reproduction humaine menacée par les produits chimiques

Crédits : sbtlneet / Pixabay

Selon des professionnels de la santé, l’exposition aux produits chimiques toxiques a augmenté durant les quarante dernières années et menacerait la reproduction humaine. Explications.

« Nous sommes en train de noyer le monde dans des produits évalués et non sûrs, et nous en payons le prix fort en termes de santé reproductive », explique Gian Carlo Di Renzo, principal auteur de l’analyse réclamée par la Fédération internationale de gynécologues-obstétriciens (Figo). Cette organisation installée à Londres réunit des gynécologues-obstétriciens provenant de 125 pays.

La reproduction humaine serait en danger, une affirmation alarmante à laquelle il faut apporter des précisions. L’étude publiée dans la revue International Journal of Gynecology and Obstetrics met en cause une pléiade de produits chimiques nous entourant : plastiques, solvants, pesticides, polluants de l’air, entre autres. Ces produits seraient la cause de pathologies telles que les troubles de la croissance fœtale, le faible poids à la naissance, les fausses couches, les cancers de l’appareil reproducteur, la baisse de la qualité du sperme, les malformations congénitales, les atteintes des fonctions cognitives ou du neuro-développement et l’hyperactivité chez l’enfant. Rien que ça.

Selon les spécialistes sollicités par cet appel de la Figo, l’une des conséquences liées à l’exposition à ces produits est « de dérégler les hormones chargées de régler les fonctions reproductives et de développement ». L’organisation elle-même ajoute : « L’exposition à des produits chimiques toxiques est permanente pendant la grossesse et l’allaitement et menace la reproduction de l’espèce humaine ». La Figo appelle expressément à la protection des patients et des populations par les acteurs des décisions politiques.

Ces produits seraient des perturbateurs endocriniens, comme un produit ayant déjà fait du bruit dans les médias : le bisphénol A, que l’on va retrouver dans des revêtements chimiques, des produits d’entretien, des emballages ou encore dans des pesticides.

« L’accumulation de preuves des impacts sur la santé des produits chimiques toxiques, y compris d’effets transgénérationnels, amène aujourd’hui Figo à adresser une série de recommandations aux professionnels de santé pour réduire l’impact des produits chimiques toxiques sur la santé des patients et des populations », indique le Professeur Sir Sabaratnam Arulkumaran, le président de Figo et ancien président de la British Medical Association.

Toujours selon cet organisme, les cinq prochaines années seront synonyme de la plus forte croissance quant à la production de produits chimiques, alors que les populations plus marginalisées devraient en subir les conséquences.

« Les bébés sont les plus vulnérables de nos sociétés et les moins à même de se protéger » selon Women in Europe for a Common Future (WECF) alors que Health and Environment Alliance (HEAL) invite l’Union Européenne à « montrer l’exemple » en réduisant la présence des produits toxiques dans l’alimentation et autres produits de consommation.

Sources : Sciences et Avenir20 Minutes