in

Les règles impactent-elles les capacités cognitives des femmes ?

Crédits : Pixabay

L’étude menée par des chercheurs suisses démonte une idée reçue tenace concernant les femmes. Non, celles-ci n’ont pas de soucis d’attention ou de mémoire lorsque leurs règles interviennent.

Évidemment, lors de leurs menstruations, les femmes sont parfois assujetties à une baisse de moral, des migraines ainsi que des douleurs abdominales. Cependant, leurs fonctions cognitives restent identiques et ne baissent pas au cours des règles selon une étude dirigée par Brigitte Leeners de l’Université de Zurich (Suisse) et parue dans la revue Frontiers in behavioral neuroscience le 4 juillet 2017.

« En tant que spécialiste en médecine de la reproduction et psychothérapeute, je suis de nombreuses femmes qui ont l’impression que le cycle menstruel influence leur bien-être et leurs performances cognitives », a déclaré la chercheuse pour le site Medical News Today.

L’étude a nécessité la présence de 88 femmes ayant accepté de passer des tests de mémoire et d’attention, et ce, à quatre moments différents de leur cycle. Aucune perte (ou gain) de performance cognitive n’a été détectée par les chercheurs qui n’ont pas non plus établi de lien avec les différents taux d’hormones qu’ils ont mesurés chez les volontaires par exemple la progestérone, la testostérone ou encore les œstrogènes.

« Les modifications hormonales importantes subies par les femmes au cours de leur cycle n’ont donc pas d’impact négatif sur les fonctions cognitives pour la majorité des femmes qui ne souffrent pas de syndrome prémenstruel », a conclu Brigitte Leeners.

En effet, si les fonctions cognitives des femmes ne changent pas pendant les menstruations, celles-ci peuvent être impactées par le syndrome prémenstruel, un ensemble de maux physiques et émotionnels intervenant habituellement 2 à 7 jours avant les règles. Cette situation inconfortable est pour certaines synonyme de fatigue, de maux de tête, d’irritabilité ou encore un gonflement des seins et du bas-ventre et peut éventuellement nuire à la mémoire et à l’attention.

Sources : Medical News TodayScience & Vie