in

Règles douloureuses : quels aliments consommer pour se sentir mieux ?

femme mal ventre
Crédits : PORNCHAI SODA/iStock

Les périodes menstruelles déclenchent parfois des maux de ventre insoutenables chez certaines femmes. Les règles peuvent même contraindre une personne à rester chez elle, tant les crampes s’avèrent violentes. Et si les analgésiques peuvent diminuer cette souffrance, certains aliments permettent eux aussi d’éviter ces désagréments.

Les spécialistes interviewés dans le HuffPost se sont penchés sur les types de nourriture capables d’amoindrir la douleur inhérente aux crampes menstruelles perçues par de nombreuses femmes tout au long de leur vie. En effet, des éléments contenus dans certains aliments peuvent atténuer les inflammations de ce « trop-plein » d’hormones culminant tous les mois. D’ailleurs, comme le stipule la Dre Gloria Bachmann, directrice du Rutgers Women’s Health Institute (New Jersey, États-Unis), à chaque phase du cycle, le corps réclame des besoins différents pour déjouer au mieux ce mal-être gênant.

Avant les règles, mangez des fibres !

Entre la période d’ovulation et celle marquant le début des menstruations (appelée phase lutéale durant environ 14 jours), il convient de consommer des lentilles, des artichauts, de l’avoine, des brocolis, des haricots rouges et des légumes-racines comme les betteraves ou les carottes. En somme, les aliments riches en fibres.

brocolis légume
Crédits : KateSmirnova/iStock

« Ces denrées contribuent à la diminution des crampes menstruelles en luttant contre la constipation. Cette dernière a tendance à survenir au cours de cette phase du cycle étant donné l’augmentation de progestérone. Lorsque vous n’éliminez pas correctement, les hormones et toxines que votre corps veut évacuer s’accumulent. Dans le cas de règles douloureuses et de saignements abondants, ce sont les œstrogènes, présents en quantité excessive, qui les provoquent », explique Leslie Northcutt, directrice nutritionnelle de l’entreprise de bien-être 28.

Le chocolat noir durant la période menstruelle

Par ailleurs, boire régulièrement de l’eau atténue les crampes musculaires. Cela permet donc de diminuer les risques de douleurs dues aux règles (sans compter les bienfaits que cela procure sur le fonctionnement des reins).

Le magnésium possède en outre un excellent pouvoir de relaxation musculaire. Vous pouvez en retrouver dans certaines eaux en bouteilles spécialement renforcées en minéraux, mais aussi dans le chocolat noir et les épinards cuits. De plus, selon The National Institutes of Health, le saumon, le lait de soja, les haricots noirs ainsi que les graines de chia participent également au bien-être de la femme durant ce processus naturel.

femme chocolat
Crédits : eternalcreative/iStock

Les nutriments à adopter et à éviter au quotidien

L’étude sur le sujet, menée conjointement par la Dre Gloria Bachmann et Serah Sannoh, stagiaire au Rutgers Women’s Health Institute, concerne en outre la prise des oméga-3 et des oméga-6 durant la phase de règles.

« La diminution de la consommation d’aliments pro-inflammatoires et l’augmentation de la consommation d’aliments anti-inflammatoires peuvent aider à atténuer les douleurs menstruelles », nous renseignent-elles.

En effet, les propriétés anti-inflammatoires contenues dans les oméga-3 apaisent les maux de ventre utérins. On retrouve ces nutriments dans les noix, les fruits de mer et les graines. En revanche, les oméga-6 sont à proscrire pour celles qui désirent passer leurs cycles sans subir d’affreuses contractions musculaires. Ainsi, les viandes rouges et les frites, ou tout aliment transformé industriellement sont à éviter.

Les femmes végétaliennes se voient donc déjà prémunies face à ces désagréments mensuels. Qui plus est, les régimes à base de plantes permettent de se sentir moins accablé en période de règles douloureuses. Néanmoins, pour les non-initiées au végétalisme, c’est une autre histoire. Car un changement radical d’alimentation peut s’avérer une entreprise assurément ardue. Comme nous venons de le décrire, ce n’est pas qu’à l’instant où l’inflammation se déclare qu’il faut agir, mais plutôt pallier en amont les effets néfastes causés par les règles grâce à des repas équilibrés au quotidien.