in

Notre région de la Voie Lactée est 4 fois plus grande que ce que nous pensions

Crédits : NASA

La région de la Voie Lactée dans laquelle nous vivons, appelée le bras local (ou bras d’Orion), est 4 fois plus grande que ce que nous pensions. De nouvelles mesures suggèrent que le bras local s’étirerait sur plus de 20 000 années-lumière.

La science est épanouissante. Les découvertes se multiplient et remettent en question nos connaissances quasi jour après jour. En témoignent ces nouvelles mesures du Very Long Baseline Array telescope, de l’Observatoire national de radioastronomie, aux Etats-Unis, qui modifient de manière significative la manière dont nous nous représentions notre propre galaxie.

Mark J. Reid, du Centre Harvard-Smithsonian et principal auteur de cette nouvelle recherche s’avoue très « surpris » après avoir mesuré les distances de notre région galactique : « Beaucoup d’éléments que nous pensions être proches du bras, sont en fait des composants du bras local » explique-t-il. En mesurant les émissions radio autour du bras local, les chercheurs ont en effet admis que ce dernier s’étirait sur environ 20 000 années-lumière, soit quatre fois plus que ce que nous pensions jusqu’à présent.

Mais ce n’est pas tout. Ce nouveau document constate également que le bras local a un angle d’inclinaison et un taux de formation d’étoiles similaires aux autres bras de la galaxie (les deux plus gros bras connus sont le bras Écu-Croix – également appelé bras du Centaure – et le bras du Sagittaire). Cela suggère que notre bras local serait aujourd’hui considéré comme un « vrai » bras, quoique plus petit, et moins comme une sorte d’éperon qui tend à se situer dans une direction transversale aux bras principaux.

Ainsi notre galaxie, à la forme d’un disque aplati (d’environ un millier d’années-lumière d’épaisseur pour environ 80 000 années-lumière de diamètre), se dévoile peu à peu à mesure que nos moyens se perfectionnent. Il y a peu l’agence spatiale européenne (ESA) dévoilait la carte la plus détaillée jamais réalisée de notre galaxie, avec plus d’un milliard d’étoiles recensées.

Ces nouvelles données permettront aux scientifiques d’affiner nos estimations quant à la quantité d’étoiles, mais aussi de masse contenue dans notre galaxie. En mai dernier, des chercheurs annonçaient notamment que la Voie Lactée était en fait plus légère que prévu, avec une masse estimée à environ 700 milliards de fois la masse de notre soleil.

Source