in

Les régimes riches en végétaux favorisent les flatulences, et c’est une bonne chose

Crédits : JillWellington/Pixabay

Les Hommes suivant un régime largement composé de végétaux développent un plus grand nombre de bactéries saines dans leurs intestins. En conséquence, ils produisent davantage de flatulences que les autres. Leurs selles sont également plus importantes, confirme une étude.

Ceux passés à un régime végétal pourront peut-être en témoigner. La consommation de fruits, légumes et légumineuses en grandes quantités favorise la formation de gaz intestinaux, mais dans quelle mesure précisément ? Dans le cadre d’une étude pilotée par Claudia Barber, du Liver and Digestive Diseases Networking Biomedical Research Center à Barcelone, en Espagne, des chercheurs se sont penchés sur la question. Les détails de leurs travaux sont publiés dans la revue Nutrients.

Des selles plus grosses et plus de pets

Pour cette étude, les chercheurs ont analysé les effets d’un régime de type occidental par rapport à un régime méditerranéen enrichi en fibres chez vingt hommes âgés de 18 à 38 ans en bonne santé. Chaque régime a été proposé pendant deux semaines précédées d’un régime de sevrage de deux semaines. Le régime alimentaire enrichi en fibres se composait en grande partie de fruits, de légumes et de légumineuses.

Au cours des huit semaines de l’étude, les chercheurs ont effectivement constaté que les flatulences augmentaient en volume (deux fois plus de gaz produit) et en fréquence (sept fois plus de pets) lorsque les participants passaient au régime enrichi en fibres. La taille des selles, qui avaient une consistance plus molle, a également augmenté (environ 200 grammes contre 100 grammes avec le régime occidental). En revanche, le nombre de selles produites par jour est resté le même selon les deux régimes.

flatulences
Crédits : Engin_Akyurt

Un paradis pour les “bonnes” bactéries

Ces résultats ne sont pas très surprenants. En effet, manger davantage de fruits, légumes et légumineuses implique forcément de consommer davantage de fibres, que certaines bactéries utilisent comme source de nourriture.

Les espèces Anaerostipes hadrus et Agathobaculum butyriciproducens, en particulier, étaient plus abondantes dans les intestins des hommes suite au régime végétal, souligne l’étude. Ces bactéries les décomposent en acides gras à chaîne courte. C’est ce processus qui, combiné au nombre de bactéries supplémentaires, est responsable de l’augmentation de la fréquence des flatulences et de l’augmentation des selles en volume (plus d’eau), explique à New Scientist la nutritionniste Rosemary Stanton de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud à Sydney.

Malgré les effets secondaires indésirables liés à leurs activités, la présence de ces bactéries est à souhaiter. En effet, les acides gras à chaîne courte peuvent réduire le risque de cancer colorectal, empêcher les bactéries nocives de se développer dans les intestins ou encore protéger contre les maladies cardiovasculaires. «Notre idée occidentale selon laquelle péter est un signe que quelque chose ne va pas est totalement fausse. En réalité, dans la plupart des cas, c’est le signe d’une alimentation saine et d’un côlon sain», conclut la médecin.