in

Un régime alimentaire inadapté a-t-il causé la disparition de l’Homme de Neandertal ?

Crédits : Pixabay / Tpsdave

Si l’Homme de Neandertal a disparu il y a environ 40 000 ans, les raisons de cette disparition restent encore peu précises. Des paléontologues affirment dans une nouvelle étude qu’un régime alimentaire inadapté pourrait être en cause dans l’extinction de ce cousin des humains modernes.

Dans la revue scientifique Plos One, une équipe internationale de paléontologues publie une étude pointant du doigt un régime alimentaire inadapté dans la disparition de l’Homme de Neandertal. Pour cela, ils ont analysé l’usure de 52 molaires fossilisées de néandertaliens et d’homo sapiens du Paléolithique récent, remontant à 45 000 ans jusqu’à il y a 10 000 ans avant aujourd’hui. De ces analyses, ils ont pu déduire le mode d’alimentation alors adopté, qu’ils ont mis en relation avec les conditions climatiques de l’époque.

Les Néandertaliens auraient en effet adapté leur alimentation aux fluctuations du climat et des changements de leur habitat pour consommer ce qui était alors immédiatement disponible. Par exemple, lorsqu’ils étaient dans l’environnement froid des steppes, ils consommaient surtout de la viande. Quand ils le pouvaient, ce régime était complété par des plantes, fruits à coque ou encore des graines.

De leur côté, nos ancêtres ont continuer à consommer en grande partie des aliments à base de plantes. « Pour y parvenir, nos ancêtres ont probablement créé des outils pour continuer à extraire ces ressources alimentaires dans leur environnement« , estime Sireen El Zaatari de l’université de Tübingen, en Allemagne, principal auteur de l’étude.

Selon ces paléontologues, adopter cette stratégie alimentaire pourrait avoir avantagé les Hommes modernes du Paléolithique récent sur les Néandertaliens en terme de survie, au cœur d’un environnement climatique bouleversé par la dernière période glaciaire, ayant eu lieu de 110 000 à 10 000 ans avant notre ère. Cependant, comme le précisent les chercheurs, les dents analysées n’étant pas contemporaines, rien ne permet de déduire une éventuelle concurrence pour la nourriture entre ces deux groupes.

« Mais si les comportements alimentaires différents déduits de ces travaux étaient déjà établis au moment où les Néandertaliens et les humains ont cohabité, ces différences dans l’alimentation auraient pu contribuer à la fin de l’homme de Neandertal et à la survie de ses cousins modernes » concluent les chercheurs.

Source : plosone