in

Regardez à quoi ressemblent les sublimes pouponnières d’étoiles de notre galaxie

Crédits : ESA / Herschel / NASA / JPL-Caltech, CC BY-SA 3.0 IGO; Remerciements: R. Hurt (JPL-Caltech)

L’Agence spatiale européenne (ESA) célébrait il y a quelques jours l’héritage de son merveilleux Observatoire de l’espace, Herschel, un télescope spatial infrarouge développé dans le but d’étudier la formation des étoiles, la naissance des galaxies primitives et l’évolution des galaxies ainsi que la chimie du milieu spatial. L’un des #HerschelMoments partagés nous a particulièrement ébahis, car il s’agissait de véritables pouponnières d’étoiles.

Ce complexe de nuages de gaz et de poussière ​​se compose finalement de trois régions nommées W3, W4 et W5. la lettre W fait ici référence à l’astronome néerlandais Gart Westerhout qui a remarqué ces nuages ​​dans les années 1950. Des décennies plus tard, l’ESA construisait l’un des plus grands télescopes infrarouges du monde. Parmi ses nombreuses découvertes, l’instrument aura permis de révéler l’existence de cinq galaxies situées à environ dix milliards d’années-lumière. Pour cela, les chercheurs avaient notamment fait appel au phénomène de « lentille gravitationnelle ». Le 29 avril 2013, le télescope terminait sa mission, la réserve d’hélium servant au refroidissement des instruments arrivant à épuisement après près de quatre années de bon fonctionnement. Herschel aura néanmoins ouvert une nouvelle fenêtre sur l’Univers et fourni plus de 25 000 heures de données pour 600 programmes d’observation.

Mais revenons à cette photo de nuages ​​moléculaires, situés dans la Constellation Cassiopée, visible dans l’hémisphère nord, considérée comme l’une des meilleures régions pour étudier la vie et la mort des étoiles massives dans notre galaxie. Ci-dessous, W3 est considérée comme l’une des usines les plus actives d’étoiles massives dans notre galaxie entière. Elle abrite un monde de masse stellaire de plusieurs centaines de milliers de fois la masse de notre Soleil :

Crédits : ESA / Herschel / NASA / JPL-Caltech, CC BY-SA 3.0 IGO ; Remerciements : R. Hurt (JPL-Caltech)

Et voici W4, une sorte de gigantesque bulle entourant une région formant des étoiles au centre. La matière est ici repoussée vers les côtés par les vents provenant d’explosions de supernovae :

Crédits : ESA / Herschel / NASA / JPL-Caltech, CC BY-SA 3.0 IGO ; Remerciements : R. Hurt (JPL-Caltech)

Voici un regard plus attentif sur W5 qui n’héberge pas une, mais deux de ces bulles avec des matières moléculaires agitées par des explosions d’étoiles encore plus massives :

Crédits : ESA / Herschel / NASA / JPL-Caltech, CC BY-SA 3.0 IGO; Remerciements : R. Hurt (JPL-Caltech)

N’hésitez pas à vous rendre sur le site de l’ESA pour obtenir ces images en haute résolution.

Source