in ,

Si vous regardez votre smartphone en marchant, vous êtes un agent du chaos

Crédits : B_Me/Pixabay

Les personnes évoluant dans la rue la tête enfouie dans leur smartphone ne se ralentissent pas seulement. Une expérience menée par des chercheurs japonais révèle à quel point quelques marcheurs distraits peuvent en effet perturber les mouvements de toute une foule.

Les mouvements de foule passés à la loupe

Les humains utilisent une variété d’indices visuels pour anticiper les mouvements d’autrui. Aussi, alors que vous marchez sur un trottoir bondé ou traversez un passage piéton aux heures de pointe, le chemin que vous suivez n’a rien d’un hasard. Un simple voyage à travers la foule ressemble en effet beaucoup plus à une danse que nous exécutons avec celles et ceux qui nous entourent.

Hisashi Murakami, l’Institut de technologie de Kyoto, s’est ainsi posé la question suivante : que se passerait-il si l’attention d’un seul individu se retrouvait perturbée ? Pour le savoir, avec son équipe, ils ont réalisé une série d’expériences en plein air sur le campus de l’Université de Tokyo, filmant deux groupes d’étudiants dans une passerelle d’environ neuf mètres de long.

Dans le cadre de ces expériences, les deux groupes ont d’abord été invités à marcher l’un vers l’autre à un rythme normal. Lors de la rencontre, tous les élèves ont alors exécuté, de manière intuitive, une manœuvre que les spécialistes des foules connaissent bien : ils ont formé des voies. Concrètement, lorsqu’une personne à l’avant d’un groupe se frayait un chemin à travers le groupe venant d’en face, les autres suivaient derrière, créant ainsi plusieurs rubans de marcheurs qui se croisaient.

Les agents du chaos armés d’un smartphone

Les chercheurs ont ensuite demandé à trois des étudiants d’effectuer une tâche sur leur smartphone pendant qu’ils marchaient, de quoi maintenir le regard des sujets dirigé vers le bas plutôt que vers l’avant.

Lorsque ces élèves étaient placés à l’arrière de leur groupe, la distraction n’affectait pas la façon dont les groupes se dépassaient. En revanche, une fois à l’avant, les chercheurs ont souligné un ralentissement marqué dans le rythme de marche de l’ensemble des groupes.

D’un côté, les marcheurs distraits faisaient de grands pas sur le côté pour esquiver les autres, mais ils ont également induit ce comportement chez les autres. Certains évoluaient en effet de manière plus saccadée qu’ils ne l’auraient fait normalement. D’après les auteurs, le fait de prêter attention à son smartphone prive en effet les autres des informations contenues dans nos regards.

Au terme de ces expériences, il est finalement apparu que quelques personnes ne prêtant pas toute leur attention à la navigation pouvaient changer le comportement d’une foule de plus de cinquante personnes.

Alors que de plus en plus de personnes utilisent des smartphones et autres appareils qui contribuent à nous distraire, il sera peut-être nécessaire pour les architectes et urbanistes concernés par le mouvement des foules de considérer ces nouveaux comportements, selon les chercheurs. En attendant, pensez à lever la tête !