in

Refroidir l’océan pour affaiblir les ouragans : bonne ou mauvaise idée ?

Crédits : Alexander Gerst / @Astro_Alex.

Et si l’on refroidissait artificiellement la surface de l’océan en vue d’affaiblir les ouragans avant qu’ils ne touchent terre ? Si l’idée peut sembler farfelue, elle fait partie d’un ensemble de propositions de lutte contre les risques cycloniques discutées de temps à autre dans la presse anglo-saxonne et dont certaines font l’objet de dépôts de brevets.

Pour répondre à cette question, des chercheurs se sont appuyés sur un modèle de très haute résolution couplant l’atmosphère et l’océan. En effectuant des simulations où un refroidissement de quelques degrés est prescrit à l’avant de la trajectoire des ouragans sur une surface pouvant aller jusqu’à 260 000 kilomètres carrés, puis en les comparant à des simulations où l’eau n’avait pas été refroidie, les scientifiques ont pu déterminer l’efficacité de l’intervention. Les résultats ont récemment été publiés dans la revue scientifique Communications Earth & Environment.

Un impact marginal sur les ouragans et un coût énergétique irréaliste

L’étude rapporte une baisse d’intensité pouvant aller jusqu’à 15 % deux jours avant de toucher terre, ce qui est relativement faible. Elle souligne également l’immense coût énergétique que nécessiterait une telle intervention. En effet, celle-ci correspondrait à cent fois la consommation énergétique des États-Unis sur l’entièreté de l’année 2019. Autrement dit, espérer refroidir l’eau de mer à l’échelle nécessaire pour agir sur les ouragans est irréaliste et, quand bien même, l’effet induit resterait limité contrairement à ce que laissent parfois entendre les raisonnements simplistes basés sur l’intensité potentielle maximale.

Pour ces raisons, « la théorie fondamentale fournit une limite supérieure inaccessible qui ne peut être atteinte même en dépensant de vastes ressources », rapporte l’étude dans son résumé.

ouragans
Pression minimale pour des ouragans se déplaçant lentement (a) et rapidement (b). Les courbes colorées correspondent à différentes tailles de surfaces refroidies, celles en noir étant les simulations de contrôle sans refroidissement. La ligne verticale en pointillés noirs indique le moment du toucher terre. On note que le refroidissement artificiel est plus efficace pour des ouragans se déplaçant lentement. Crédits : James Hlywiak & David S. Nolan, 2022.

« De plus, l’affaiblissement de l’intensité ne signifie pas nécessairement que la probabilité de dommages à l’intérieur des terres et les risques pour la sécurité diminueraient également », ajoute James Hlywiak, auteur principal de l’étude. «  Bien que tout affaiblissement avant de toucher terre soit une bonne chose, il est plus logique de se concentrer directement vers des stratégies d’adaptation telles que le renforcement des infrastructures, l’amélioration de l’efficacité des procédures d’évacuation, et l’avancement de la science autour de la détection et de la prévision des tempêtes ».