in

Vieux portables : Vos tiroirs cachent un trésor

Crédits : Pixabay/Didgeman

En grande partie, les Français changent leur téléphone portable une fois par an ou tous les deux ans notamment parce que les fabricants produisent souvent de nouveaux produits qu’ils mettent sur le marché. Certains utilisateurs désirent être sans cesse à la pointe de la technologie (ou de la mode), mais que deviennent nos anciens portables ?

Cette offre abondante en termes de téléphonie mobile cause des soucis environnementaux, due à une surconsommation à laquelle adhère une large partie des consommateurs français. Le plus souvent, les téléphones usagés finissent à la poubelle ou au fond d’un tiroir et s’y accumulent parfois. Il s’agit d’une très mauvaise habitude soulignée dans un rapport sénatorial traitant du recyclage publié le 29 septembre 2016. Il faut également savoir que cette situation existe également dans tous les pays riches.

Pas moins de 92 % des foyers français détiennent un téléphone mobile et près de 24 millions de portables neufs sont vendus chaque année. Ceci permet donc d’affirmer qu’en moyenne, les Français changent leur mobile tous les deux ans. Pour aller plus loin, il est possible de dire qu’en 5 ans, ce sont quasiment 100 millions de portables qui sont achetés par les Français.

Il s’agit donc d’une ressource énorme que le recyclage pourrait gérer, mais c’est également une véritable mine d’or. En effet, les téléphones portables valent de l’argent, même sous forme de pièces détachées. Nos mobiles sont bourrés de matières premières que l’on peut recycler, comme l’or qu’il suffit de fondre. Partout dans le monde, la quantité de téléphones considérés comme usagés et hors circulation représente d’importantes « mines urbaines », comme le définit le rapport sénatorial.

Ce type de recyclage a un coût, mais l’intérêt écologique n’est pas à prouver. En réutilisant les matières premières contenues dans les téléphones, il sera moins nécessaire de puiser dans les mines qui permettent l’extraction des métaux. De plus, les différents produits polluants et dangereux contenus dans les mobiles (batteries) seront efficacement traités.

Le Japon, qui organisera les Jeux Olympiques de 2020, a déjà annoncé vouloir fabriquer les médailles destinées aux athlètes par le biais de métaux récupérés sur des déchets électroniques collectés dans tout le pays.

Sources : ConsoGlobeL’ADN