in

Avec les records de températures, la glace du pôle nord est en chute libre

Crédits : Capture vidéo / NASA

Nous ne sommes à peine qu’à la moitié de l’année, mais c’est déjà une certitude, les températures auront battu des records cette année 2016, et les glaces des pôles s’évanouissent, comme l’on confirmé les scientifiques du climat de l’agence spatiale américaine, la Nasa.

Au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue ces derniers jours, Gavin Schmidt, directeur des études spatiales au Centre Goddard de la Nasa, a déclaré que « les températures moyennes pour la première moitié de cette année sont les plus excessives que nous ayons vues jusqu’à présent pour cette période. 2015 a été une année très chaude, mais 2016 s’avère être plus chaude encore« . En effet, pour les six premiers mois de l’année, la température à la surface des terres et des océans a surpassé le record de 2015 et représentent les six mois les plus chauds jamais relevés depuis le début des relevés de températures, en 1880.

Comme nous vous l’annoncions dans cet article précédent, juin 2016 a été sans surprise le mois de juin le plus chaud jamais enregistré, un record de chaleur mensuel pour le quatorzième mois consécutif. « En moyenne, les températures ont été 1,3 degré Celsius plus élevé qu’à la fin du XIXe siècle » de janvier à fin juin, a précisé Gavin Schmidt. « On peut vraiment dire que nous flirtons avec les objectifs bas de l’accord de Paris » a-t-il ajouté, puisque cet accord vise à maintenir l’augmentation de la température globale au-dessous de 2°C, voire 1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle.

Souvent mis en cause dans cette hausse des températures, et à raison, le courant chaud du Pacifique El Niño n’est responsable « qu’à environ 40% de la hausse des températures depuis le début de l’année par rapport à 2015Les 60% restant sont dus à d’autres facteurs dont surtout le très fort réchauffement de l’Arctique« . Pour le scientifique, 2017 devrait être moins chaud, puisqu’El Niño disparaîtra et qu’un courant froid du Pacifique, baptisé « La Niña », apparaîtra. Mais la tendance du réchauffement à long terme se poursuivra tout de même.

C’est dans l’Arctique que les records de températures enregistrés depuis janvier ont été le plus ressentis, avec un fort recul des glaces arctiques. « Chaque mois, à l’exception de mars, a enregistré un record mensuel de recul des glaces arctiques » a déclaré de son côté Walt Meier, un scientifique du centre Goddard de la Nasa. Pour ce mois de juin, l’étendue de la banquise était de 1,3 million de km² au-dessous de la moyenne enregistrée de 1981 à 2010, selon la NOAA et la Nasa, soit 11,4%. Il s’agit là de la plus faible superficie constatée pour la période depuis le début des observations satellite en 1979, et 259 000 km² de moins que le précédent record, datant de 2010. Autre chiffre significatif, depuis le début des années 1980, la banquise fond à hauteur de 13,4% par décennie.

Sources : weathernetwork, noaa, nasa