in

Record mondial de chaleur en mai, pour le treizième mois consécutif

Crédits : NOAA

C’est désormais un classique annoncé tous les mois, et celui de mai n’échappe pas à la règle. En effet, l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) vient d’annoncer que mai 2016 a été le plus chaud jamais enregistré, un record de chaleur battu pour le treizième mois consécutif.

Dans son dernier rapport publié ce jeudi 16 juin 2016, l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) nous annonce que le mois de mai dernier a été le plus chaud jamais enregistré sur Terre. À la surface des terres et des océans, la température moyenne de mai a été de 14,7°C, soit 0,87°C au-dessus de la moyenne du siècle passé. En mai 2015, il s’agissait déjà d’un record, et ici, il a été battu de 0,02°C.

Si l’on prend une période plus longue qui s’établit de janvier à mai 2016, là aussi le record est battu, la température moyenne sur les terres et océans se situant 1,07°C au-dessus de la moyenne du siècle dernier qui était alors de 13,05°C. « L’évolution du climat que nous observons à ce stade cette année est de nature à nous alarmer » commente David Carlson, directeur du programme mondial de recherche sur le climat à Genève, déplorant notamment « des températures exceptionnellement élevées, des taux de fonte des glaces arctiques en mars et mai qu’on ne voit pas normalement avant juillet et des précipitations exceptionnelles« .

201605
Crédits : NOAA

C’est dans l’hémisphère nord que la chaleur a été la plus prononcée. En Alaska par exemple, où le printemps n’avait jamais été si chaud, et de loin, ou encore en Finlande, où la température moyenne en mai a été de 3 à 5°C au-dessus de la moyenne dans la plupart du pays, selon l’Institut météorologique finlandais.

Le courant chaud équatorial du Pacifique El Nino, qui est réapparu en 2015, a contribué à cette montée record des températures. « Cette chaleur provient en grande partie des océans depuis les deux dernières années en raison du courant équatorial du Paficique El Nino. Et bien qu’encore importante, l’anomalie de température était moins importante en mai que durant les derniers mois » déclare Deke Arndt, responsable des centres nationaux de surveillance du climat de la NOAA. Mais selon lui, tout ce réchauffement n’est pas à mettre au crédit d’El Nino. « La forte intensité du courant El Nino explique seulement une partie de ces températures élevées« . Pour le scientifique, le principal responsable est l’augmentation des gaz à effet de serre provenant des activités humaines.

201605-2
Crédits : NOAA

Source : NOAA