in

Réchauffement climatique : dans les Alpes, le glacier Presena s’est teinté de rose

Une photo aérienne prise le 3 juillet 2020, au-dessus du glacier Presena près de Pellizzano. Crédits : Miguel Medina

Dans les Alpes italiennes, la neige du glacier Presena vire au rose et ce n’est pas une bonne nouvelle. Ce phénomène provoqué par la présence d’algues assombrit la neige. De ce fait, elle absorbe davantage de lumière solaire.

Depuis quelques jours, certains pans du glacier Presena, dans les Alpes italiennes, sont devenus roses. Ce phénomène bien connu est causé par la présence d’algues de l’espèce Ancylonema nordenskioeldii. Elles fréquentent les latitudes moyennes, mais également les pôles et sont aussi présentes au Groenland.

Le phénomène devient de plus en plus commun. En mars dernier, des chercheurs ukrainiens sur l’île de Galindez, au nord de l’Antarctique, avaient également été témoins d’un événement similaire. Après analyses, il s’était avéré que la coupable était une autre algue microscopique, Chlamydomonas nivalis, aussi appelée “algue des neiges”.

Des recherches publiées en mai dernier ont également documenté d’étranges proliférations d’algues vertes sur une autre partie du continent.

Le “réveil” des algues

Durant les mois d’hiver, ces végétaux restent en dormance sous forme de spores, tranquillement enfouies sous quelques centimètres de neige ou de glace. Une fois que l’environnement se réchauffe au printemps et en été, l’excès de lumière et d’eau liquide favorisent ensuite leur germination.

Le problème, c’est que la fonte des neiges s’accélère. L’an dernier, un rapport de l’Union européenne des géosciences a en effet prédit que 90% du volume actuel des glaciers des Alpes pourrait disparaître d’ici 2100. De son côté, le glacier Presena dont il est ici question n’est pas en reste. Depuis 1993, la structure aurait ainsi perdu un tiers de son volume.

La situation est telle que chaque été, dans le but de ralentir les effets du réchauffement climatique, le personnel la station d’Adamello qui exploite le domaine étend de gigantesques bâches blanches de manière à refléter un maximum la lumière solaire.

algues alpes
De la neige teintée de rose photographiée le 4 juillet 2020 au sommet du glacier Presena, près de Pellizzano. Crédits : Miguel Medina

Cercle vicieux

C’est d’ailleurs ce qui inquiète avec ce phénomène des algues roses. Ces dernières ne sont pas dangereuses en soi, le véritable souci est qu’elles assombrissent considérablement la neige. De ce fait, elle réfléchit moins la lumière solaire. Or, ce qui n’est pas réfléchi est donc absorbé.

Autrement dit, le sol de ce glacier emmagasine plus de chaleur que d’habitude, ce qui exacerbe ensuite le processus de fonte.

S’installe ensuite un cercle vicieux. En effet, plus la glace dans laquelle est contenue cette algue se met à fondre, plus ces micro-organismes vont pouvoir se procurer l’eau dont ils ont besoin pour proliférer.