in ,

Réalité virtuelle : un casque capable de tuer son propriétaire

casque VR tueur
Crédits : blog de Palmer Luckey

Il y a peu, l’un des fondateurs de la marque Oculus a communiqué à propos de sa dernière innovation. Selon l’intéressé, il est question d’un casque de réalité virtuelle capable de tuer l’utilisateur si ce dernier meurt dans une partie. Surprenant, l’appareil n’est autre qu’une oeuvre d’art et ne sera évidemment jamais commercialisé.

Un hommage à un manga japonais

Palmer Luckey est le cofondateur d’Oculus VR et l’un des précurseurs de la réalité virtuelle. Ayant participé au lancement du célèbre Oculus Rift en 2012, l’intéressé a quitté le navire en 2017, trois années après le rachat de la société par Facebook. Loin d’être tombé aux oubliettes, Palmer Luckey s’est illustré le 6 novembre 2022 avec un billet de blog décrivant sa dernière innovation.

L’inventeur est à l’origine d’un casque de réalité virtuelle en hommage à la série littéraire de science-fiction japonaise Sword Art Online. Dans cette oeuvre, un scientifique fou piège des milliers de joueurs dans un univers virtuel dans lequel mourir signifie aussi perdre la vie dans la réalité. Ainsi, Palmer Luckey a créé un casque VR capable de tuer son propriétaire s’il venait à mourir dans le jeu.

« L’idée de lier votre vie réelle à votre avatar virtuel m’a toujours fasciné. Vous augmentez instantanément les enjeux au maximum et forcez les gens à repenser fondamentalement la façon dont ils interagissent avec le monde virtuel et les joueurs qui s’y trouvent » a déclaré l’inventeur.

Palmer Luckey
Palmer Luckey au Web Summit 2018.
Crédits : Web Summit / Flickr

Un casque déjà létal

Pour l’instant, le « casque tueur » n’est pas encore totalement fonctionnel. Palmer Luckey explique n’avoir recréé que la « moitié qui vous tue » du NerveGear, le casque VR de Sword Art Online. Dans la série, le casque tue les participants à l’aide d’un émetteur à micro-ondes, ce que l’intéressé n’a pas réussi à reproduire. En revanche, le casque tueur contient trois tubes renfermant des charges explosives dirigées vers le cerveau. Or, ces charges se déclenchent lorsque le joueur perd la partie et que l’écran clignote en rouge à une fréquence spécifique. Le déclenchement se fait grâce à un capteur photo à bande étroite.

« Des graphismes optimisés peuvent rendre un jeu plus réel, mais seule la menace de conséquences graves peut rendre un jeu réel pour vous et pour toutes les autres personnes du jeu. Il s’agit d’un domaine de la mécanique du jeu vidéo qui n’a jamais été exploré, malgré la longue histoire des sports du monde réel tournant autour d’enjeux similaires » poursuit Palmer Luckey.

Enfin, il est important de souligner que tout autre article de blog affirmant avoir mis au point un tel appareil aurait peu de crédibilité. Seulement voilà, il s’agit ici de l’un des cofondateurs de Oculus. Dans tous les cas, Palmer Luckey assure qu’il s’agit là d’une oeuvre d’art de bureau, un objet qui porte à réflexion sur les avenues inexplorées dans la conception de jeux vidéo.