in ,

Réalité virtuelle : Et si vous pouviez changer de sexe pour une durée de dix minutes ?

Nous le savons, la réalité virtuelle permet aujourd’hui toutes sortes d’expériences. Et si vous pouviez changer de sexe pour une durée de dix minutes ? Voici Be Boy, Be Girl, une application récemment présentée au public.

Une partie des gens se demande ce que cela ferait de changer de sexe, tandis que certains d’entre eux passent à l’acte et modifient directement leur corps. Sans aller jusque-là et dans le cas où vous seriez curieux, une nouvelle expérience de réalité virtuelle a été présentée lors du dernier Festival International de Programmes Audiovisuels (FIPA) qui s’est déroulé à Biarritz du 24 au 29 janvier 2017.

Cette expérience baptisée Be Boy, Be Girl a été mise au point par un couple de réalisateurs néerlandais : Frederik Duerinck et Marleine van der Werf. Le programme propose à l’utilisateur d’entrer dans la peau d’une femme ou d’un homme pour une dizaine de minutes et il est également possible de changer son âge.

Concrètement, il s’agit d’un film tourné à 360° vous plaçant alors dans un environnement idéal pour profiter de l’expérience, à savoir une île déserte ! Pour vous donner l’illusion d’être sur la plage, un ventilateur crée une légère brise et un convecteur produit de la chaleur.

Ainsi, il est possible d’avoir l’illusion de changer de corps et selon les réalisateurs, l’expérience est déroutante :

« Les gens s’identifient à ce corps. On constate que les femmes qui se retrouvent donc “sans” poitrine, adaptent leur respiration à celle des hommes. C’est une expérience multisensorielle qui engage la vue, l’ouïe, le toucher et l’odeur » , indique Frederik Duerinck.

L’expérience Be Boy, Be Girl a été lancée en 2016 aux Pays-Bas, aux États-Unis, en Suisse, au Canada ou encore au Brésil où le succès fût particulièrement au rendez-vous. Les plus accueillants en ce qui concerne le projet sont donc les Brésiliens et énormément de personnes veulent tenter l’expérience, sauf les femmes de plus de 55 ans :

« Elles sont contentes de rester femmes parce que le corps qu’elles récupèrent grâce au casque est un corps de jeune fille, elles me remercient ! »,
explique Frederik Duerinck.

Sources : Réalité-VirtuelleOuest France