in

Rare : un calmar géant trouvé échoué sur une plage en Afrique du Sud

Crédits : Adèle Grosse

Un calmar géant a été retrouvé il y a quelques jours, échoué sur une plage sud-africaine. Le céphalopode, qui mesurait un peu plus de quatre mètres de long, sera prochainement étudié par des biologistes.

C’est le type de rencontre qu’on ne fait pas tous les jours. Le dimanche 7 juin, un calmar géant était retrouvé échoué sur la plage de golden Mile à Britannia Bay, à environ 150 kilomètres au nord du Cap, en Afrique du Sud. Découvert par le baigneur Richard Davies, le céphalopode était malheureusement encore vivant lorsqu’il a été retrouvé.

« C’était triste parce que je pouvais voir qu’il était en train de mourir », a-t-il déclaré à News 24. Il explique également avoir dû user d’une certaine force pour se libérer de l’un de ses tentacules qui lui “suçait” la main. L’animal est décédé quelques minutes plus tard.

Le spécimen, qui mesurait environ 4,17 mètres de long et pesait entre 200 et 300 kilos, n’avait pas encore atteint la maturité. On estime en effet que certains adultes peuvent mesurer jusqu’à 13 mètres de long (pour les femelles), des nageoires postérieures à la pointe des deux longs tentacules. Les mâles ont tendance à être plus petits (environ 10 mètres à l’âge adulte).

calmar
Le jeune calmar géant échoué sur la plage de Golden Mile, dans la baie de Brittania, le dimanche 7 juin 2020. Crédits : Adéle Grosse/Iziko Museums of South Africa

Une autopsie bientôt programmée

Le calmar géant, qui n’a été filmé pour la première fois qu’en 2006, est un animal très discret vivant à des profondeurs comprises entre 300 et 1000 mètres dans tous les océans du monde (hors pôles). En outre, selon les spécialistes, ces animaux ne vivent pas plus de cinq ans environ.

Leur étude est donc aujourd’hui très compliquée, c’est pourquoi les biologistes marins des musées Iziko profiteront de cette occasion pour autopsier ce jeune spécimen.

Ils tenteront notamment de comprendre les causes de sa mort. Les opérations devraient avoir lieu une fois que les restrictions liées à la pandémie de Covid-19 seront levées dans la région. Interrogé par le Daily Mail, Wayne Florence, conservateur des invertébrés marins des musées Iziko, estime néanmoins que, compte tenu du très bon état physique du calmar, l’hypothèse d’une collision avec un chalutier peut d’ores et déjà être écartée.

Publiée par Wayne Florence sur Mardi 9 juin 2020

Bien que les événements d’échouage comme celui-ci soient extrêmement rares, ce n’est pas une première en Afrique du Sud. En 1992, par exemple, un calmar géant mesurant 9,1 mètres de long avait été retrouvé sur une plage du Cap.

Source