in

Moteurs Raptor : Elon Musk met un coup de pression à ses employés

Crédits : Elon Musk

Dans un e-mail envoyé récemment à ses employés, Elon Musk évoque les problèmes liés à la chaîne de production des moteurs Raptor. Selon le patron de SpaceX, la société pourrait même faire face à un « véritable risque de faillite » si elle n’est pas en mesure de faire voler son Starship au moins une fois toutes les deux semaines dès l’année prochaine.

Les Raptor sont les moteurs qui propulseront le Starship, l’énorme vaisseau interplanétaire et réutilisable développé par SpaceX. Chacun de ces véhicules aura besoin de six de ces moteurs, auxquels s’ajoutent les trente-trois moteurs nécessaires pour soulever son lanceur, le Super Heavy.

Nous savons que SpaceX aimerait exploiter de nombreux Starship dans les années à venir. La société sera notamment chargée de transporter du fret et des humains vers la Lune dans le cadre du programme Artemis, mais pas que. En effet, lors de la récente réunion conjointe impliquant le Space Studies Board et le Board on Physics and Astronomy, des Académies nationales des sciences, de l’ingénierie et de la médecine des États-Unis, Musk a déclaré que près d’un millier de ces véhicules seront nécessaires pour coloniser Mars à moyen terme.

Pour soutenir autant de lancements, SpaceX vise donc à fabriquer un grand nombre de Raptors dans les années à venir. Or, c’est là que le bât blesse. D’après un mail envoyé récemment par Musk aux employés de SpaceX pendant le week-end de Thanksgiving, obtenu par Space Explored, la société ne serait apparemment pas sur la bonne voie pour relever ce défi pour le moment.

starship spacex musk raptor
Illustration d’un vaisseau Starship en orbite. Crédits : @mini_3d_ /Twitter

Un possible « risque de faillite »

Dans cette note, Musk décrit une crise « bien pire qu’il ne l’avait semblé il y a quelques semaines« . Il explique renoncer à son week-end de Thanksgiving pour travailler sur la chaîne de production des Raptors et implore tous les employés de SpaceX de participer s’ils le peuvent.

« À moins que vous n’ayez des problèmes familiaux critiques ou que vous ne puissiez physiquement retourner à Hawthorne [siège social de SpaceX], nous aurons besoin de tout le monde sur le pont pour nous remettre de ce qui est, franchement, un désastre« , lit-on dans l’e-mail.

Musk rappelle également que le Starship sera nécessaire pour lancer la version 2 des satellites Internet Starlink de SpaceX. La société a déjà déployé plus de 1 600 satellites V1, ainsi qu’une centaine de la gamme V1.5 la plus avancée, avec sa fusée Falcon 9. En revanche, ce lanceur (qui s’appuie sur des moteurs Merlin) ne pourra pas livrer les plus gros satellites V2, pourtant essentiels pour l’entreprise.

En effet, la société se prépare à produire des millions de terminaux par an (les « antennes Internet » de SpaceX), ce qui consommera des capitaux massifs. Dans le même temps, les satellites V2 devront gérer la demande de bande passante. Si ces satellites ne sont pas placés en orbite, alors les terminaux seront inutiles.

Dans son mail, Musk met également un gros coup de pression à ses employés. « Nous sommes confrontés à un véritable risque de faillite si nous ne pouvons pas atteindre un taux de vol Starship d’au moins une fois toutes les deux semaines l’année prochaine« , peut-on lire.

En attendant, la société se prépare à lancer le premier vol d’essai orbital de son programme dès janvier ou février, à condition que la Federal Aviation Administration des États-Unis clôture son examen environnemental du site de lancement d’ici la fin de l’année.