in

Qu’implique la mutation du coronavirus Covid-19 ?

Crédits : NIAID

Le terme “mutation” est effrayant mais le fait que le coronavirus Covid-19 ait muté n’est pas très étonnant. En revanche, il faudrait plutôt s’inquiéter de l’ampleur de cette mutation. Désormais, le virus se décline sous deux souches différentes, dont l’une est plus agressive et contagieuse que l’autre.

Deux souches de Covid-19

Avec 4 décès et 285 cas confirmés de coronavirus au soir du 4 mars 2020, la France se classe au 6e rang des pays les plus touchés par l’épidémie. Au même moment, nous évoquions la possibilité que le virus ait muté en Iran. Les médecins locaux pensent que le Covid-19 peut désormais générer une myocardite, c’est-à-dire une inflammation du muscle cardiaque.

Les virus comme les autres êtres vivants, portent leur patrimoine génétique dans leur ADN. Toutefois, dans le cas de certains virus, ces “données” peuvent être également disponibles sur une autre chaîne, l’ARN. Lorsque le virus se reproduit, quelques “erreurs de copie” peuvent être faites, si bien qu’il est possible de parler de mutation.

covid coronavirus
Crédits : NIAID

Par ailleurs, le Covid-19 a la particularité d’avoir une bonne affinité avec les cellules humaines. Lorsque certains agents pathogènes arrivent dans un environnement où les êtres vivants ont des caractéristiques immunitaires différentes de leur lieu d’origine, ces mêmes agents font l’objet de légères mutations. Ainsi après avoir infecté un sujet, le Covid-19 va se multiplier sous une forme un peu différente. Autrement dit, celui-ci s’adapte à son hôte.

La souche plus agressive est prédominante

Dans une étude publiée dans la National Science Review le 3 mars 2020, des chercheurs chinois expliquent que le coronavirus se décline désormais en deux types : L et S. Or, la souche S est la plus ancienne et provient certainement du premier foyer d’infection, c’est-à-dire Wuhan en Chine. Quant à la souche L, celle-ci est plus agressive et a opéré un développement plus rapide en compétition avec son homologue. Selon les chercheurs, cette souche L davantage adaptée à l’Homme est présente à hauteur de 70 % des cas contre 30 % pour la souche S.

L’étude précise également que la souche L n’a pas totalement pu mettre la souche S sur la touche. Ceci est le fruit du travail des services de santé l’ayant davantage détectée et contenue. Malheureusement, la souche S, bien que diminuée, a finalement continué à se répandre. Le fait est que les deux souches continuent leur progression et contaminent de nouvelles personnes tous les jours. Personne ne sait si de nouvelles souches de Covid-19 peuvent apparaître, mais le risque est bien réel. Il pourrait s’agir de souches encore plus agressives et plus contagieuses encore.

Source

Articles liés :

Covid-19 : qu’impliquerait un passage au “stade 3” de l’épidémie en France ?

Covid-19 : cette personne a été contaminée une deuxième fois malgré sa guérison

Un traitement contre le paludisme efficace contre le coronavirus Covid-19 !