in

Qui va bénéficier en premier du vaccin contre le Covid-19 ?

Crédits : iStock

Les recherches portant sur l’élaboration de vaccins contre le Covid-19 se poursuivent. Toutefois, il y a déjà débat sur la stratégie à employer pour vacciner la population. Force est de constater que les scientifiques ne sont pas d’accord entre-eux et qu’il existe différentes stratégies.

À qui donner la priorité ?

La plupart des équipes de recherche disent pouvoir aboutir au lancement d’un vaccin d’ici un à  deux ans. Citons tout de même l’Université d’Oxford (Royaume-Uni) ayant récemment indiqué pouvoir finaliser un vaccin d’ici le mois de septembre 2020. Évidemment, il reste encore quelques étapes à valider avant d’en arriver là mais les chercheurs semblent confiants.

Ainsi, aucun vaccin n’est encore prêt mais divers chercheurs débattent actuellement sur la manière de vacciner la population. Selon un article de Wired publié le 12 mai 2020, les experts ne sont pas vraiment d’accord sur la hiérarchie à mettre en place pour l’administration du vaccin. Doit-on donner la priorité aux personnes âgées, aux jeunes, aux personnes jugées vulnérables ou bien au personnel soignant ?

vaccin
Crédits : Pexels

Diverses stratégies

Évidemment, le succès de la mise au point d’un vaccin débouchera indéniablement sur sa mise sur le marché. Toutefois, il ne sera évidemment pas possible de vacciner tout le monde au même moment. Il faudra donc faire des choix. Par exemple, il serait possible de vacciner en premier les personnes âgées, c’est-à-dire les plus vulnérables face au Covid-19. En revanche, vacciner le personnel soignant permettra de ne pas risquer de perdre ces personnes très importantes sur le terrain médical. Par ailleurs, les latinos et les afro-américains sont particulièrement touchés aux États-Unis. Nous pouvons donc également les considérer comme une population à risque et les vacciner en premier.

Une autre stratégie concerne l’immunité collective, qui pourrait être atteinte en vaccinant les personnes ayant le meilleur système immunitaire. Ces personnes n’ont pas grand besoin d’être protégées mais pourraient indirectement protéger les autres. L’idée paraît assez incroyable mais est sérieusement prise en compte par divers médecins.

Une autre question subsiste : pourquoi élaborer un seul vaccin, alors que de nombreuses possibilités sont étudiées ? En réalité, il incombe de préparer plusieurs types de vaccins, notamment pour progressivement bénéficier d’une meilleure qualité par rapport à leurs premières versions. L’avenir nous dira immanquablement quand un ou plusieurs vaccins verront le jour et quelle sera la stratégie de vaccination. Celle-ci sera-t-elle la même dans tous les pays ? Personne n’est pour l’instant capable de le dire.