in

Voici qui est à l’origine de la flambée mondiale du plastique à usage unique

plastique à usage unique
Crédits : Ben_Kerckx/Pixabay

Un nouveau rapport signé de Minderoo montre que seules quelques grandes entreprises, alimentées par quelques banques, sont à l’origine de la fabrication et du financement du plastique à usage unique dans le monde.

Remonter la chaîne

Le plastique à usage unique, pratique et peu coûteux à produire, représente plus d’un tiers de tout le plastique fabriqué chaque année (130 millions de tonnes par an aux dernières nouvelles). Sur cet échantillon, près de 98 % de cette matière sont fabriqués à partir de combustibles fossiles vierges, et moins de 9 % sont finalement recyclés après utilisation. Le reste est soit brûlé, libérant des vapeurs toxiques dans l’air, soit jeté dans l’environnement. Ici, le plastique peut se décomposer dans les sols sur des périodes extrêmement longues. Il peut également obstruer les cours d’eau pour finalement intégrer les océans.

Pour toutes ces raisons, le plastique à usage unique est un fléau qu’il faut combattre. Mais contre qui faut-il agir ?

Dans le cadre d’un nouveau rapport, Minderoo, une organisation à but non lucratif basée en Australie qui milite pour des océans plus propres, appuyée par des universitaires d’Oxford et du Stockholm Environment Institute, a remonté la chaîne d’approvisionnement de ces plastiques pour se concentrer sur les entreprises qui produisent les premiers polymères, les éléments pétrochimiques constitutifs du plastique à usage unique.

«À ce jour, les entreprises qui utilisent ces matières pour leurs produits sont en grande partie responsables du problème du plastique à usage unique. Mais nous devions remonter la chaîne pour trouver les gardiens de la production de plastique », écrit le rapport.

Une poignée d’entreprises et de banques

Selon le rapport, plus de la moitié du plastique à usage unique dans le monde est fabriqué par une vingtaine de grandes entreprises. Deux sociétés américaines, Exxon Mobil et Dow, suivies de Sinopec, un géant chinois de la pétrochimie, représentent à elles trois environ 16 % de la production mondiale de polymères destinés aux déchets plastiques à usage unique.

Ces grands producteurs de polymères sont également appuyés par des institutions financières mondiales. Le rapport estime que vingt des plus grandes banques du monde, telles que Barclays, HSBC, Bank of America ou JPMorgan Chase, ont prêté près de trente milliards de dollars américains à la production de polymères plastiques à usage unique au cours de la dernière décennie.

Toujours d’après Minderoo, environ 40 % des plus grands fabricants de plastique à usage unique appartiennent également en partie à des gouvernements, y compris la Chine et l’Arabie saoudite.

plastique usage unique
Crédits : Hans/Pixabay

Au cours des cinq prochaines années, la production mondiale de ces polymères vierges à partir de combustibles fossiles devrait augmenter de plus de 30 %, peut-on lire. Au regard de ces projections et de la catastrophe sanitaire qui se profile, Minderoo en appelle à une action réelle de la part des entreprises concernées, qui devront être appuyées par des décisions politiques fortes.

De son côté, l’American Chemistry Council, qui représente l’industrie des plastiques, a qualifié le rapport de « trompeur ». D’après ses représentants, le remplacement des emballages en plastique par d’autres matériaux pourrait en réalité augmenter les émissions de gaz à effet de serre.

Le groupe souligne également que la Fondation Minderoo serait en partie financée par la participation de son fondateur dans une société qui extrait du minerai de fer. Or, l’industrie minière est souvent critiquée pour son impact environnemental.