in

Comment le plus gros animal volant de tous les temps prenait-il son envol ?

Crédits : James Kuether

Quetzalcoatlus northropi est sans aucun doute l’un des animaux les plus extraordinaires ayant vécu sur Terre. Nous savons que ce reptile géant était capable de voler, mais la manière dont il prenait son envol a longtemps interrogé les chercheurs. Une étude nous éclaire sur le sujet.

Avec son envergure de dix à douze mètres, Quetzalcoatlus northropi est le plus grand animal volant ayant jamais vécu. Les paléontologues connaissent l’existence de ces incroyables ptérosaures qui vivaient il y a 70 millions d’années au Crétacé depuis le début des années 1970, grâce à la découverte de plusieurs squelettes fossiles dans le parc national de Big Bend, au Texas. Malgré tout, nous en savons encore très peu à leur sujet, notamment sur la façon dont ils prenaient leur envol.

Une monographie de cinq articles, tous publiés dans le Journal of Vertebrate Paleontology, nous permet d’y voir beaucoup plus clair. Plus généralement, ces travaux apportent des précisions sur la distribution des Azhdarchidae (la famille des ptérosaures qui comprend Quetzalcoatlus), leur habitat et leurs caractéristiques physiques, ainsi qu’une analyse de leur morphologie fonctionnelle.

Un grand bond avant de battre des ailes

Jusqu’à présent, il s’est donc toujours avéré difficile de comprendre comment Quetzalcoatlus northropi pouvait décoller du sol, notamment en raison du manque d’ossements disponibles. Pour cette recherche, les scientifiques se sont appuyés sur des os plus petits et plus nombreux, auparavant attribués à des juvéniles de cette espèce, mais qui en réalité appartenaient à deux autres espèces inconnues, Quetzalcoatlus lawsoni et Wellnhopterus brevirostri. Ces deux reptiles volants avaient une envergure comprise entre 5,6 et 6 mètres.

Concrètement, l’équipe a ici pu créer une reconstruction partielle de ces anciens animaux afin de faire des inférences sur la plus grande espèce.

Des théories antérieures suggéraient que Quetzalcoatlus se balançait vers l’avant comme une chauve-souris pour voler ou qu’il accélérait comme un albatros, courant et battant frénétiquement des ailes pour s’envoler. Cette nouvelle recherche réfute ces deux options et en propose une troisième. Selon les auteurs, ces reptiles géants s’accroupissaient, puis sautaient à environ 2,4 m de haut avant de battre des ailes.

Quetzalcoatlus ptérosaure
Une reconstruction étape par étape de la séquence d’envol de Quetzalcoatlus. Crédits : Kevin Padian et coll., 2021/John Conway

Les chercheurs ont également étudié le contexte géologique de l’environnement dans lequel évoluaient ces animaux qui comportait une vaste forêt à feuilles persistantes.

Avec son cou de girafe, Quetzalcoatlus northropi avait un mode de vie semblable à celui des hérons modernes, chassant en solitaire dans les rivières et ruisseaux. Au moyen de leur long bec édenté, ils ramassaient les crabes, palourdes et autres vers. Les scientifiques soupçonnent un mode de vie plus social pour Q. lawsoni dans la mesure où leurs ossements ont été retrouvés regroupés.