in

Quels sont les pays où Internet est le plus censuré ?

Certains pays au régime autoritaire – voire dictatorial – contrôlent Internet. Souvent, il s’agit de limiter l’accès à certaines plateformes afin d’entretenir une propagande ou de contrôler les mœurs. Parfois, il est simplement question d’un accès très limité au réseau.

En Asie

Sur le continent le plus peuplé du monde, deux pays font figure de “célébrités” en matière de censure : la Corée du Nord et la Chine. En Corée du Nord, il n’existe aucun fournisseur d’accès privé, si bien que le réel problème pour la population est l’accès au réseau. Ainsi, le réseau est national, contrôlé par l’État mais le nombre de personnes à y avoir accès est inconnu.

En Chine, il est possible de se connecter à Internet. En revanche, de nombreuses plateformes sont inaccessibles telles que Facebook, Twitter ou encore YouTube. En effet, le gouvernement donne la part belle aux sites locaux, plus faciles à contrôler. Les sites d’informations glissent également de nombreux faits d’histoire et d’actualités sous le tapis tels que le massacre de Tian’anmen, la rivalité entre Trump et la Chine, ou encore les déboires actuels de la société Huawei.

Certaines dérives sont également à déplorer comme l’existence d’une base de données contenant les messages privés de plus de 300 millions de citoyens chinois sur QQ et WeChat. Cette même base contenait de nombreuses autres informations sur les personnes concernées : numéros d’identité, photos, adresses, localisation GPS et même le modèle du smartphone utilisé.

En janvier 2019, les élections législatives qui se sont déroulées au Bangladesh ont été entachées de graves atteintes envers la population et la liberté de la presse. Surtout, un fait incroyable a été observé : l’accès à Internet a été coupé dans tout le pays durant plus d’une journée.

Au Moyen-Orient

En Iran comme en Chine, de nombreux sites occidentaux sont censurés. Par ailleurs, toutes les plateformes de pari en ligne ou touchant de près ou de loin à la pornographie sont également bannies. Les internautes essayant de s’y connecter reçoivent des avertissements et peuvent potentiellement être poursuivis en justice.

En Arabie Saoudite, la censure est également très présente en ligne. Il est surtout question de contrôler strictement les informations émanant de l’étranger. Toutefois, il existe également un filtre bloquant tout ce qui est jugé dangereux ou immoral comme la pornographie, les paris, les drogues, les droits des LGBT, etc.

Le cas de Cuba

Lorsque l’on évoque Internet à Cuba, le premier point à soulever est un faible taux de connexion accompagné d’un débit limité et d’un coût élevé des forfaits. Si la situation s’améliore petit à petit notamment grâce au déploiement de la Wi-Fi et des cafés internet, il faut savoir qu’en 2016, moins de 40 % de la population avait accès au Web.

Une censure active caractérise également Internet à Cuba. En effet, chaque contenu à publier est d’abord approuvé ou non par les autorités. Par ailleurs, si quelques plateformes étrangères sont censurées, beaucoup ne le sont pas. Mais la lenteur des connexions rend le téléchargement des pages impossible.

Articles liés :

Le réseau Internet risque la noyade d’ici à 2030 !

Facebook : les internautes ne font plus confiance à Internet !

Marshall McLuhan, l’homme qui avait prévu les dérives d’Internet il y a plus d’un demi siècle !