in

Quelles sont les différentes sources d’eau potable sur notre planète ?

Crédits : Pexels

Notre planète est en grande partie composée d’eau. En revanche, l’eau douce vitale pour les humains représente seulement 1 % de la quantité présente ! Or, cette même eau doit servir à de multiples usages et devient une ressource de moins en moins accessible. D’où vient cette eau ?

Les sources naturelles

Intéressons-nous tout d’abord au cycle de l’eau potable (ou cycle anthropique de l’eau). Celui-ci se déroule en quatre étapes : le captage, le traitement, le stockage et l’assainissement. En premier lieu, les Hommes prélèvent l’eau douce dans les eaux de surface les plus accessibles, à savoir les sources, les rivières et autres lacs. Dans d’autres cas, ils puisent dans les nappes phréatiques, ces précieuses ressources d’eau douce souterraines. Dans certains cas, il s’agit de nappes fossiles qui ne se régénèrent pas grâce au duo précipitations/infiltrations.

Justement, la pluie est une ressource importante pouvant notamment recharger ces nappes phréatiques. Des systèmes de récupération permettent de la capter directement et de la stocker dans des conteneurs. En cas de précipitations rares, il existe également des dispositifs permettant de capter l’humidité de l’air.

Voici le grand cycle de l’eau, dans lequel s’insère le cycle anthropique de l’eau
Crédits : Wikipedia

Assainissement et désalinisation

Dernière étape du cycle de l’eau potable, l’assainissement des eaux usées est très important. Il s’agit de recycler cette eau afin de la réutiliser directement en tant qu’eau potable. En revanche, ce processus nécessite des infrastructures dédiées consommant de l’énergie, ce qui a évidemment un coût financier et environnemental.

Citons également la désalinisation de l’eau de mer, par exemple très utilisée au Moyen-Orient. Dans cette région aride du globe, le pétrole est souvent plus abondant que l’eau douce, si bien que la désalinisation devient un des seuls moyens d’obtenir de l’eau potable. Cependant, il s’agit d’un moyen très coûteux et ayant potentiellement des répercussions sur la santé.

Et l’eau des icebergs ?

Qu’on se le dise, l’eau des icebergs est certainement l’eau la plus pure qui puisse exister sur Terre. En effet, celle-ci a été congelée bien avant le début de la révolution industrielle du XIXe siècle. Autrement dit, cette eau n’a pas été touchée par la pollution qui affecte aujourd’hui – et plus que jamais – les ressources en eau.

Il faut savoir que dans les années 1970, l’ingénieur français Georges Mougin avait eu une idée intéressante. Il s’agissait de remorquer de petits icebergs à la dérive vers des contrées en manque d’eau potable. En revanche, les coûts de ce genre d’opérations n’ont pas permis à l’idée d’être réellement appliquée. Toutefois, cette même idée est revenue dans l’actualité en 2018 concernant la ville du Cap (Afrique du Sud), en proie à une sévère pénurie d’eau potable.

Par ailleurs, l’eau des icebergs fait actuellement l’objet d’un commerce difficilement acceptable d’un point de vue environnemental. Nous évoquions tout récemment l’histoire d’Edward Kean, un chasseur d’icebergs canadien prélevant cette eau pure avant de la revendre au prix d’un dollar le litre. En bout de chaîne, des sociétés usent d’un marketing bien rodé pour proposer cette eau à des prix incroyables dans des épiceries de luxe.

Articles liés :

Comment gérer l’eau dans une tiny house ?

Un français invente un système qui rend potable n’importe quelle eau de surface

Un accessoire pour smartphone pourra vous dire si une eau est potable