in

Quelle est la SVG, cette technique qu’utilise ce simulateur de conduite automobile en réalité virtuelle ?

Crédits : capture YouTube / Mean Gene Hacks

Un youtubeur a récemment présenté un dispositif de sa propre création, pour une utilisation en réalité virtuelle. Il est question d’un simulateur de conduite bon marché capable de perturber le sens de l’équilibre de l’utilisateur, et ce à l’aide d’électrodes.

Des mini-décharges derrière les oreilles

En matière de réalité virtuelle, la panoplie des accessoires a tendance à se multiplier depuis quelque temps. Outre les casques VR, nous avons aujourd’hui des simulateurs de mouvements, des “cybershoes” ou encore des gants haptiques. Comme l’explique Gizmodo dans un article du 17 mai 2021, le youtubeur Gene Hacks a inventé un simulateur de conduite automobile en réalité virtuelle à moins de 50 dollars.

Habituellement, les simulateurs de conduite nécessitent un équipement très coûteux et encombrant. Le dispositif de Gene Hacks a donc l’avantage d’être économique et plutôt raisonnable en termes de taille. Néanmoins, sa principale caractéristique est sa capacité à perturber le sens de l’équilibre de l’utilisateur. C’est possible, au moyen d’électrodes qui induisent des mini-décharges électriques derrière les oreilles.

Ce dispositif reprend le procédé de Stimulation Vestibulaire Galvanique (SVG). Ce nom est inspiré de celui de Luigi Galvani, un médecin italien du XVIIIe siècle ayant découvert l’effet de l’électricité dans les muscles. Rappelons également que l’oreille interne est responsable de notre sens de l’équilibre. Ainsi, lorsque cette dernière manque de coordination avec la perception des yeux, le résultat n’est autre que la célèbre motion sickness.

simulation SVG réalité virtuelle
Crédits : capture YouTube/ Mean Gene Hacks

Une technique en progression

La SVG envoie des signaux électriques particuliers afin de stimuler le système vestibulaire de l’oreille interne. L’objectif ? Induire des mouvements virtuels en 3 dimensions : rotations, mouvements latéraux et avant-arrière. Dans une étude publiée par la revue Scientific Reports en 2015, des chercheurs japonais affirmaient avoir induit chez des volontaires un balancement de corps au moyen de quatre électrodes sur les tempes, et ce dans le but de simuler un trajet sur une route en lacets.

Pour l’heure, la SVG n’est pas encore tout à fait au point puisque la conduite reste encore très difficile. Néanmoins, Gene Hacks est parvenu à faire en sorte que l’utilisateur ressente une attraction vers la gauche ou vers la droite. Il a donc reproduit les sensations relatives aux forces auxquelles sont soumises les voitures dans la réalité.

Si la SVG doit logiquement progresser, les applications potentielles sont déjà en prévision. Actuellement, cette technique fait l’objet de tests afin de tenter de réduire les phénomènes de dépendance ou encore, dans l’objectif d’entraîner des pilotes de drones. Toutefois, la SVG a également un effet coupe-faim et pourrait faire l’objet d’une utilisation peu recommandable entre de mauvaises mains.