in ,

Quelle est la forme idéale d’un ballon de football ?

Avec sa forme inédite, le Brazuca de la coupe du monde 2014 promettait déjà des trajectoire revolutionaires, ce qui n'était pas du goût des gardiens ! Crédits : Pixnio

En pleine Coupe du monde de football, pourquoi ne pas s’interroger sur la véritable forme du ballon ? Nous entendons souvent les journalistes parler de « ballon rond », mais en réalité, cela est un peu plus compliqué.

Si l’on remonte dans le temps, il est facile de se rendre compte qu’à l’époque, le ballon de football était composé de membranes faites de caoutchouc gonflable enveloppées dans du cuir, le tout fermé par un laçage. À ce moment-là, sa forme était à peu près sphérique, mais au fur et à mesure, sa texture, sa résistance, son imperméabilité et sa forme ont changé afin d’augmenter son efficacité.

Évidemment, la forme la plus sphérique possible est idéale afin que le ballon puisse rouler sans problème dans toutes les directions. Or, selon Hervé Lehning, normalien français et agrégé de mathématiques, la forme connue sous le nom d’icosaèdre est la meilleure afin de s’approcher d’une sphère parfaite, comme l’intéressé l’explique dans son blog.

La forme icosaèdre régulier
Crédits : Blog d’Hervé Lehning

Le fait est que la forme « icosaèdre régulier » fait ressembler le ballon à une sphère – mais même gonflé, les pointes causent des rebonds aléatoires. C’est pourquoi celles-ci ont été coupées et la forme icosaèdre tronqué adoptée, comportant ainsi 12 pentagones et 20 hexagones. Il s’agirait alors du meilleur compromis entre ergonomie, résistance et imperméabilité, et ce peu importe les conditions climatiques.

La forme icosaèdre tronqué
Crédits : Blog d’Hervé Lehning

En revanche, le ballon de la coupe du monde 2014 (le Brazuca – voir la photo ci-dessous) est composé que de six pièces en forme de X. Citons également le ballon de la coupe du monde 2018 (le Telstar 18) qui semble être un étonnant mélange de trapèzes aux lignes courbées et de carrés.

Avec sa forme inédite, le Brazuca de la coupe du monde 2014 promettait déjà des trajectoires révolutionnaires, ce qui n’était pas du tout du goût des gardiens de but !
Crédits : Pixnio

Source