in

Quelle est cette algue brune capable de s’illuminer ?

Crédits : capture Youtube / Francisco Rodriguez

Il s’agit d’une algue brune en apparence tout à fait banale. Et pourtant, lorsque celle-ci est recouverte d’eau, ses extrémités s’illuminent dans un chatoiement composé de bleu et de vert. Comment se déroule cette métamorphose ?

La Cystoseira tamariscifolia est une espèce d’algues brunes que l’on retrouve souvent sur les côtes de l’Europe de l’Ouest. À marée basse, son apparence est plutôt commune et sa couleur est celle d’une olive brune. Mais lorsque celle-ci est recouverte d’eau, le contraste est saisissant.

Des chercheurs du Département d’ingénierie électrique de l’Université de Bristol (Royaume-Uni), visiblement intrigués par ce phénomène, ont mené une étude publiée le 11 avril 2018 dans la revue Science Advances. L’algue recouverte d’eau a été comparée à l’opale, un minéral composé de silice. Leur point commun ? Leurs nanostructures qui rendent des couleurs éblouissantes, selon l’examen des chercheurs expliqué dans un communiqué.

Cystoseira tamariscifolia Opale
Crédits : University of Bristol

Les chercheurs ont évoqué le terme d’irisation, à savoir la production des couleurs de l’arc-en-ciel par décomposition du prisme. Dans le cas de l’algue, cette irisation serait selon eux le fruit d’une structure de sphères nanométriques organisée pour contrôler la façon dont est réfléchie la lumière par les cellules chloroplastiques, c’est-à-dire des organites présents dans le cytoplasme des cellules eucaryotes photosynthétiques.

Ainsi, la structure de sphères nanométriques aurait le pouvoir de contrôler et optimiser la photosynthèse de l’algue, et d’en modifier les niveaux de lumière. Si dans le cas des opales, ces nanoparticules sont composées de silice, celles présentes dans l’algue sont faites de minuscules billes d’huile produites par l’algue elle-même !

Les chercheurs ont également évoqué le fait que l’algue est capable de rassembler les structures de nanoparticules en réponse aux changements de lumière. Ainsi en une poignée d’heures, l’algue est capable d’activer ou de désactiver le processus d’irisation selon les conditions de luminosité.

Sources : Science AlertScience & Vie

Articles liés :

Ces algues qui transforment la pollution en énergie

Les algues, “supers aliments” de la bonne santé

Ces chaussures fabriquées en algues permettent de combattre la pollution