in

Dans le règne animal, quelle espèce a les bras les plus longs ?

Crédits : Qadisha/Pixabay

Quels animaux ont les bras les plus longs ? Si l’on se base uniquement sur la taille relative comparée au reste du corps, deux types de mammifères semblent se démarquer parmi les espèces évoluant au sol.

En biologie, l’indice intermembranaire (IM) permet de comparer la taille des différents membres des mammifères. Il se calcule en divisant la longueur des membres antérieurs par la longueur de ses membres postérieurs. Le résultat est ensuite multiplié par 100. Les humains ont un indice IM d’environ 68 à 70. Autrement dit, nos bras sont environ 70% aussi longs que nos jambes en moyenne.

De manière plus générale, les bipèdes, ainsi que les animaux qui grimpent et sautent, ont des indices IM allant de 50 à 80, quand les quadrupèdes proposent des indices de 80 à 100.

Au-delà, les indices IM ont tendance à être corrélés avec le mouvement suspenseur, comme le balancement aux arbres ainsi que le souligne Mary Ellen Holden, zoologiste et mammalogiste au Musée américain d’histoire naturelle de New York, à LiveScience. Des membres antérieurs plus longs peuvent également être en corrélation avec la locomotion sur les articulations, une méthode très utilisée notamment par les chimpanzés et des modèles de démarche inhabituels, comme ceux des hyènes.

Gibbons et paresseux

Si l’on se base donc sur cet indicateur, les gibbons se classent parmi les meilleurs prétendants dans ce classement, avec des bras environ 1,5 fois plus longs que leurs pattes arrière. D’après la spécialiste, le Siamang (Symphalangus syndactylus), une espèce retrouvée en Thaïlande, en Indonésie et en Malaisie, ainsi que le gibbon à crête noire (Nomascus concolor), retrouvé en Chine, au Laos et dans le nord du Vietnam, auraient des indices IM moyens de 140 et 147 respectivement.

« Les Gibbons ont évolué pour se nourrir en saisissant des branches et en se balançant, ce qui, au fil du temps, a entraîné une sélection de lignes de bras de plus en plus longues« , souligne la chercheuse.

gibbon animal bras
Un représentant de l’espèce Symphalangus syndactylus au zoo de Chiba, au Japon. Crédits : suneko

Toutefois, deux espèces de paresseux semblent finalement leur voler la vedette. Le paresseux à gorge claire (Bradypus tridactylus), retrouvé du sud l’Amérique centrale au nord-est de l’Argentine, aurait en effet un indice IM de 171. Le paresseux à gorge brune (Bradypus variegatus), originaire d’Amérique centrale et du Sud, afficherait quant à lui un indice IM de 172, avec des bras en moyenne 1,7 fois plus longs que ses jambes. Tandis que les gibbons peuvent se balancer rapidement d’une branche à l’autre, les paresseux préfèrent davantage se suspendent aux branches et rampent le long de celles-ci.