in

Que voient les personnes aveugles lorsqu’elles prennent du LSD ?

Crédits : Pixabay / GDJ

Le LSD, une substance qui altère la conscience, est surtout connu pour ses effets visuels étranges. Une simple dose pourrait transformer les murs plats de votre salon en pays des merveilles. Les objets se plient et les couleurs se mélangent, en autres effets. Mais à quoi ressemble ce monde étrange pour les non-voyants ?

Dans un rapport de cas inhabituel publié dans le numéro d’avril de la revue Cognition and Consciousness, un ancien musicien de rock aveugle de 70 ans nous livre quelques réponses. L’homme que l’on appelle “Monsieur Blue Pentagon” est nommé d’après son type de LSD préféré, et a donné aux chercheurs un compte rendu détaillé de ce qu’il a vécu lors de la prise du médicament au cours de sa carrière musicale dans les années 1970. Mr Blue Pentagon est né aveugle : il n’a donc aucune idée de ce que signifie “voir” avec les yeux, avec ou sans LSD. Au lieu de cela, sous l’influence des psychédéliques, il avait de fortes hallucinations auditives et tactiles, y compris une sorte de chevauchement des deux sens, selon le rapport.

« Je n’ai jamais eu d’images visuelles, je ne peux pas voir ou imaginer à quoi ressemblerait la lumière ou l’obscurité », explique-t-il aux chercheurs. « Mais sous l’influence du LSD (acide lysergique diéthylamide), les sons semblaient uniques et l’écoute de la musique semblait être immergée dans une chute d’eau », peut-on lire. « La musique du troisième concerto de Brandebourg de Bach a produit l’effet de cascade : j’ai entendu des violons jouer dans mon âme et je me suis retrouvé avec un monologue d’une heure utilisant différents tons de voix. Les sons provenant de chansons que j’écoutais normalement sont devenus tridimensionnels, profonds et retardés ».

Le compte rendu de Mr Blue Pentagon est un aperçu rare de la façon dont la prise de LSD peut être ressentie en l’absence de vision. Comprendre son expérience pourrait alors donner des idées uniques sur la façon dont les nouvelles expériences synesthésiques à travers plusieurs sens sont fabriquées par le cerveau – en particulier un cerveau fonctionnant différemment en raison du manque de vision. C’est ce que pensent les chercheurs de l’Université de Bath, au Royaume-Uni, auteurs du rapport. La synesthésie est un trouble rare dans lequel un sens est perçu sous la forme d’un autre. Par exemple, une personne peut “entendre” des couleurs ou “goûter” des sons. Ce chevauchement des sens peut se produire en raison de la communication croisée entre les réseaux cérébraux qui traitent chaque sens, proposent les chercheurs.

Comme le suggèrent de nombreux rapports et études documentés, le LSD provoque une synesthésie auditive et visuelle, une expérience dans laquelle les sons et les images s’influencent mutuellement. Mr Blue Pentagon a ici semblé éprouver un phénomène similaire, mais plutôt que de mélanger le son et la vue, cela impliquait les sens qui étaient à sa disposition : le son et le toucher. Il est en revanche impossible d’obtenir des idées générales à partir d’un simple récit individuel.

Les détails de ce que fait exactement le LSD dans le cerveau ne sont toujours pas clairs, mais la recherche suggère que les effets psychédéliques du médicament se produisent parce que le LSD modifie la communication neuronale dans le cerveau. Plus précisément, le LSD se verrouille sur les récepteurs de la sérotonine, l’un des neurones neurotransmetteurs utilisés pour communiquer. Les hallucinations visuelles sont probablement le résultat de LSD stimulant ces récepteurs dans le cortex visuel, la partie du cerveau qui traite la lumière, la couleur et d’autres informations visuelles.

Le cortex visuel se développe en un système pleinement fonctionnel au début de la vie, en réponse à l’information sensorielle des yeux. Mais en l’absence d’expérience visuelle précoce – ce qui est le cas pour les personnes nées aveugles – le cortex visuel ne se développe pas normalement. Au lieu de cela, il se rebranche pour traiter le son et le toucher. Cela pourrait expliquer la nature de l’expérience de Mr Blue Pentagon avec le LSD.

Source

Notez cet article