in

Que se passe-t-il dans votre corps lorsque vous devenez végétalien ?

Crédits : iStock

De plus en plus de personnes se tournent vers le véganisme, un mode de vie qui fuit tous les produits d’origine animale. Les motivations peuvent être multiples : par compassion animale, pour soutenir l’environnement, etc. Beaucoup recherchent également un régime plus sain. 

Pour celles et ceux qui ont suivi une alimentation riche en viande et produits laitiers pendant la plus grande partie de leur vie, notez que l’adoption d’un régime végétalien peut entraîner des changements importants dans le corps. Sophie Medlin, Maître de conférence en nutrition et diététique au King’s College London (Royaume-Uni), revient sur ces changements.

Les premières semaines : La première chose que vous remarquez lorsque vous passez à un régime sans produits d’origine animale, note la nutritionniste, c’est un regain d’énergie. L’élimination de la viande transformée en faveur des fruits, des légumes et des noix par exemple, accentue cette sensation. « Ces aliments augmenteront en effet vos niveaux de vitamines, de minéraux et de fibres, explique-t-elle. Anticiper vos repas et vos collations plutôt que de vous fier aux aliments préparés peut également vous aider à maintenir des niveaux d’énergie constants ».

Plus le temps passera, et plus des changements se feront également ressentir dans la fonction intestinale – plus régulière et plus saine. Une augmentation des ballonnements se fera également ressentir (plus de flatulences). « Cela est dû à la teneur plus élevée en fibres d’un régime végétalien et à l’augmentation simultanée des glucides qui fermentent dans l’intestin et peuvent causer le syndrome du côlon irritable, explique la nutritionniste. Si le régime est équilibré, il entraînera des changements positifs dans la diversité des bactéries dans le côlon ».

Trois à six mois plus tard : Vous constaterez que l’augmentation de la consommation de fruits et légumes et la réduction de la consommation d’aliments transformés feront paraître votre peau plus claire, moins abîmée. À ce stade cependant, vos réserves de vitamine D pourraient être en baisse, car les principales sources de cet élément dans notre alimentation proviennent de la viande, du poisson et des produits laitiers. La vitamine D n’est pas bien comprise, mais elle est essentielle pour maintenir les os, les dents et les muscles en bonne santé. Assurez-vous alors de manger beaucoup d’aliments enrichis ou de prendre des compléments alimentaires, surtout en hiver.

En quelques mois, un régime végétalien bien équilibré, pauvre en sel et en aliments transformés, peut avoir des effets bénéfiques impressionnants sur la santé cardiovasculaire. Il aide à prévenir les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et à réduire le risque de diabète. Comme l’apport de nutriments tels que le fer, le zinc et le calcium est réduit sur un régime végétalien, ce sont nos intestins qui se chargeront de les absorber. « Cette adaptation peut suffire à prévenir les carences chez certaines personnes, dit-elle, mais pas chez tout le monde, auquel cas des suppléments peuvent combler le déficit ».

De six mois à plusieurs années : Passés six mois, les réserves de vitamine B12 peuvent manquer. « La vitamine B12 est un nutriment essentiel au bon fonctionnement du sang et des cellules nerveuses et ne peut être trouvée que dans les produits animaux (à moins que vous ne mangiez de la terre). Les symptômes de la carence en vitamine B12 comprennent l’essoufflement, l’épuisement, une mauvaise mémoire et des picotements dans les mains et les pieds ». La carence en vitamine B12 est par contre facilement évitée en mangeant trois portions d’aliments enrichis par jour ou en prenant des compléments.

Les régimes végétaliens bien équilibrés et bien préparés ont donc sans nul doute des avantages importants pour la santé, mais beaucoup de ces bienfaits peuvent être annihilés par des déficiences si le régime n’est pas géré avec soin. L’équilibre est donc la clé.

Source

Articles liés : 

Pourquoi certains fruits en font-ils mûrir d’autres ?

Contre le cancer du côlon, mangez des fruits à coque !

Les jeunes consomment quatre fois moins de fruits et légumes que leurs grands-parents