Que sait-on de ce nouveau ptérosaure découvert ?

Haliskia peterseni ptérosaure
Haliskia peterseni. Crédit : Gabriel Ugueto

Des fouilles menées par de chercheurs de l’Université New Curtin dans l’ouest du Queensland, en Australie, ont permis la découverte de nouveaux ossements fossilisés datant de cent millions d’années. D’après les analyses, ils sont attribués à une nouvelle espèce de ptérosaure. Que sait-on de cet animal ?

Que sont les ptérosaures ?

Les ptérosaures étaient des reptiles volants qui ont prospéré pendant l’ère des dinosaures et dominé les cieux pendant environ 160 millions d’années. Ces créatures fascinantes sont souvent décrites comme les premiers vertébrés à avoir développé la capacité de voler activement et évolué pour devenir les seuls vertébrés à voler sans l’aide de plumes.

Leurs ailes étaient en réalité formées par une membrane de peau tendue entre leur corps et leur quatrième doigt allongé. Cette structure unique leur permettait de planer, de voler et même de se déplacer au sol, ce qui leur donnait une grande polyvalence dans leur mode de vie.

Ces reptiles volants se sont adaptés à une grande variété de tailles, allant de la taille d’un petit oiseau à celle d’un petit avion. Les plus petits ptérosaures, comme le Nemicolopterus, avaient une envergure d’aile d’environ vingt-cinq centimètres, tandis que les plus grands, comme le Quetzalcoatlus nord-américain, pouvaient atteindre une envergure de plus de dix mètres, ce qui en faisait les plus grands animaux volants de tous les temps.

Les ptérosaures étaient également incroyablement diversifiés sur le plan écologique et occupaient une gamme étendue d’habitats allant des régions côtières aux terres intérieures. Certains étaient spécialisés pour la pêche en mer, tandis que d’autres se nourrissaient d’insectes sur terre ou étaient même des charognards opportunistes.

Un nouveau spécimen

Des paléontologues ont récemment identifié un nouveau membre de cette grande famille. Déterrés en 2021 par le conservateur du musée Kronosaurus Korner, Kevin Petersen, les restes fossilisés se sont avérés appartenir à un nouveau genre et une nouvelle espèce désormais baptisée Haliskia peterseni.

Sur la base de la forme de son crâne, de la disposition des dents et de la forme de l’os de l’épaule, les chercheurs ont également identifié le spécimen comme étant un anhanguerien, un groupe connu pour avoir vécu à travers le monde, notamment dans ce qui est aujourd’hui le Brésil, l’Angleterre, le Maroc, la Chine, l’Espagne et les États-Unis.

Le squelette de ce ptérosaure est complet à 22%. Le spécimen comprend des mâchoires inférieures complètes, la pointe de la mâchoire supérieure, 43 dents, des vertèbres, des côtes, des os des deux ailes et une partie d’une jambe. Des os de la gorge très fins et délicats sont également présents, indiquant une langue musclée utile lorsque l’animal se nourrissait de poissons et de céphalopodes.

Haliskia peterseni ptérosaure
Les ossements découverts. Barre d’échelle = 50 mm. Crédits : Adèle H. Pentland et coll./Scientific Reports 2024

Avec une envergure d’environ 4,6 m, ce ptérosaure aurait été un prédateur redoutable. À son époque, il y a environ 100 millions d’années, une grande partie du centre ouest du Queensland était sous l’eau, recouverte par une vaste mer intérieure et située à l’endroit où se trouve aujourd’hui la côte sud de Victoria.

Les détails de l’étude figurent dans Scientific Reports.